The news is by your side.

« One Ocean Summit » : L’enjeu méditerranéen inquiète le Maroc

0 187

Les efforts déployés par les autorités marocaines ont fait que 95% des ressources pêchées au Maroc sont sous contrôle avec des plans d’aménagement, a affirmé Aziz Akhannouch, lors d’un panel intitulé “protéger et restaurer les écosystèmes marins et promouvoir une pêche durable”, aux côtés notamment de la présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu, du président de la Polynésie française Edouard Fritch et du président du Ghana Nana Akufo-Addo.
Le Maroc assure également la traçabilité de ces ressources pêchées grâce aux accords liant le Royaume et l’Union européenne, a relevé le chef du gouvernement, qui représente le Maroc à cet événement à la tête d’une délégation de haut niveau, composée notamment de Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, et de Mohamed Benchaâboun, ambassadeur du Royaume à Paris.
A. Akhannouch a mis en avant par la même occasion, lors de ce panel présidé par le Chef de l’État français Emmanuel Macron, les “énormes progrès” réalisés par le Maroc sous la conduite de SM le Roi, grâce au Plan Halieutis, dans ce domaine, particulièrement sur l’Atlantique avec des “résultats positifs”.
Pour ce qui de la Méditerranée, qui est une “mer partagée”, le chef du gouvernement a fait état de “difficultés” en lien avec la reproduction et la reconstitution de la ressource d’où la nécessité, selon lui, d’en tenir compte dans les prochains process pour doter la Méditerranée d’un plan en la matière.
Par ailleurs, il a affirmé que le Maroc souscrit à la problématique majeure du plastique, à travers la promulgation de lois interdisant son utilisation dans certains secteurs, faisant observer que le Royaume continuera de multiplier les aires marines protégées et de renforcer la lutte contre la pêche illicite.
A. Akhannouch a estimé, en outre, que l’instrument international pour la conservation et l’utilisation de la biodiversité au-delà des juridictions nationales en haute mer, évoqué par le président français, est fondamental parce qu’il « peut impacter directement les pays ».
Dans une déclaration à la presse, le chef du gouvernement a mis en avant l’importance de la recherche scientifique, qui demeure un élément “fondamental” pour bien connaître les fonds marins et pouvoir réaliser des plans d’aménagement en vue de la préservation des océans, se félicitant des efforts déployés par le Maroc dans ce domaine.
Organisé à l’initiative de la France dans le cadre de sa présidence du Conseil de l’Union européenne, en coopération avec les Nations Unies, le One Ocean Summit doit donner une « impulsion politique forte » à l’agenda européen et international des enjeux maritimes, en particulier pour faire aboutir les négociations multilatérales qui impactent l’Océan et nourrir la conférence « United Nations Ocean », prévue fin juin 2022 à Lisbonne. Le Sommet qui connait la participation de plusieurs chefs d’État et de gouvernement devra aboutir à des engagements ambitieux en faveur de la protection des océans.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.