The news is by your side.

ONEE : Une délégation sénégalaise à Rabat

0 294

Cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre de la visite de travail au Maroc effectuée par une délégation de Haut-Responsables de l’OMVS, a été l’occasion d’échanger autour du rôle joué par l’Organisation en matière de maîtrise et d’exploitation rationnelle des ressources en eau du bassin du fleuve Sénégal, ainsi que des opportunités de coopération avec l’ONEE dans les domaines de l’eau et de l’électricité, indique l’Office. Tout en rappelant que l’OMVS a remporté en 2022 le prestigieux Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau, lors du 9ème Forum Mondial de l’Eau à Dakar, en reconnaissance de son engagement en faveur de « la sécurité locale en matière d’eau pour le développement durable et la sécurité alimentaire ».

Lors de cette réunion, A. El Hafidi a rappelé l’importance accordée par le Maroc à la gestion et la préservation des ressources hydriques, ainsi que l’importance du Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau, dont l’objectif est de promouvoir la coopération internationale et la préservation des ressources en eau.

Par ailleurs, le DG de l’ONEE a mis en avant lors de cette rencontre les efforts déployés par l’Office pour la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable des différentes régions du Royaume. Ces efforts ont permis d’assurer l’accès à l’eau potable à l’intégralité des populations urbaines et à 98,2% des populations rurales et ce, malgré les années de sécheresse sévères qui se sont succédé. A. El Hafidi a également souligné que les ressources en eau conventionnelles au Maroc sont caractérisées par leur répartition inégale sur les plans spatial et temporel. Cette situation s’aggrave sous l’effet conjugué des changements climatiques et de l’accroissement de la demande en eau potable consécutive à l’évolution socio-économique que connaît le pays. Ainsi, le Royaume s’est fortement engagé dans le développement des ressources en eau non conventionnelles à partir du dessalement de l’eau de mer et la déminéralisation des eaux saumâtres. A cet égard, le Maroc dispose d’atouts majeurs pour le développement du dessalement d’eau de mer, avec 3.500 km de côtes sur ses façades atlantique et méditerranéenne, et la baisse importante du coût de l’énergie renouvelable, notamment d’origine éolienne, qui se traduit par une réduction importante des coûts d’exploitation des stations de dessalement.

En effet, mettant à profit ces atouts et sa longue expérience dans le domaine du dessalement qui remonte à 1977, l’Office augmentera sa capacité de production par dessalement d’eau de mer qui passera d’environ 205.000 m3/j actuellement à près de 960.000 m3/j en 2030.

Pour sa part, H.D. Samega a exprimé le besoin de renforcer le partenariat entre le Maroc et l’OMVS, en particulier dans les domaines d’activités de l’ONEE. Il a appelé au développement de la coopération triangulaire en impliquant les bailleurs de fonds actifs dans le continent africain pour la réalisation de projets structurants avec l’ONEE en matière d’électricité, d’eau potable et d’assainissement liquide. A

 L’issue de cette réunion, A. El Hafidi a salué les efforts déployés par l’OMVS pour contribuer au développement économique et social des États-membres. Il a également exprimé le soutien de l’ONEE pour le projet incubateur des jeunes entrepreneurs pour des projets innovants locaux et régionaux proposé par l’OMVS pour financement par le Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau, et dont les résultats seront présentés lors du prochain Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra à Bali en 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.