Otan : une antenne de renseignement à Tunis ?

0
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg a annoncé des plans visant à créer un nouveau « centre de fusionnement du renseignement » en Tunisie et «un soutien aux forces d’opérations spéciales tunisiennes». Ces initiatives cadrent avec une série de décisions visant à projeter la stabilité au-delà des frontières traditionnelles de l’Alliance atlantique. « Sur le flanc sud, nous voyons des États faillis et des États défaillants. Et nous voyons aussi des millions de personnes sans abri et sans espoir du fait des agissements de groupes terroristes comme l’EIIL. Cette instabilité a une incidence directe sur nos sociétés. L’ampleur du défi nous commande d’agir», a laissé entendre J. Stoltenberg, lors d’une conférence de presse au terme de la réunion du sommet de l’OTAN qui s’est tenu ce dernier week end à Varsovie.
Réagissant à ces informations qui ont suscité la polémique en Tunisie, le porte-parole du ministère de la Défense a rappelé que son département était ouvert sur les expériences des « pays frères et amis » et établi avec eux des relations de partenariat et de coopération militaires bilatérales et multilatérales notamment avec l’OTAN, dans le cadre d’accords clairs dont l’armée tunisienne a fait son grand profit, notamment en matière de lutte antiterroriste.
Quant au champ de coopération, il concerne le renseignement, la formation et les échanges d’informations qui constituent l’une des priorités de l’armée surtout après la création de l’agence de renseignements et de sécurité et celle de l’école de renseignement et de la sécurité militaire et ce qu’elles nécessitent au niveau de la formation de formateurs selon des programmes et des techniques très pointus.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus