Pas un mot sur Israël lorsque S. E. El Othmani loue la démarche saharienne des USA   

Après avoir réussi à éteindre le feu dans la Maison PJD, en allant jusqu’à mettre sa démission en jeu après la cabale suscitée chez nombre de responsables islamistes par le « deal avec Israël », le chef du gouvernement, également SG de la formation islamiste a loue, devant le parlement, le changement de paradigme intervenu dans la politique US vis-à-vis du Sahara. La reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental par les USA est un «développement historique», un «changement de taille» et une «victoire diplomatique sans précédent», a déclaré lundi le chef du gouvernement. 

0
Pas un mot sur Israël lorsque S. E. El Othmani loue la démarche saharienne des USA   

Intervenant dans le cadre de la séance mensuelle des questions orales relatives aux politiques publiques à la Chambre des représentants, Saad Eddine El Othmani a affirmé qu’il s’agit d’un «combat national pour lequel les générations ont fait des sacrifices avant et après l’indépendance».

Ne tarissant pas d’éloges sur «les efforts de feu Mohammed V et ceux de feu Hassan II», le chef du gouvernement a mis en avant «la vision éclairée et la politique du roi Mohammed VI», empruntant a la rhetorique royale  en affirmant que «le Maroc restera dans son Sahara et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps».

L’annonce US du 10 décembre «reconnaissant la marocanité du Sahara est une grande étape dans les victoires diplomatiques réalisées par le Maroc. Nous devons en être fiers», a déclaré le chef du gouvernement, en couvrant de louanges la diplomatie marocaine.

«Grâce aux directives royales, la diplomatie marocaine dont la question est à la tête des priorités, a eu des réalisations de taille, qui confirment l’efficacité et la capacité d’adaptation de notre diplomatie», a-t-il souligné. 

«Le travail doit continuer et se faire sur plusieurs niveaux pour en finir avec ce conflit artificiel», a-t-il plaidé, rappelant les grandes réalisations du Maroc dans ce dossier dont l’ouverture de 19 consulats généraux à Dakhla et Laâyoune, y voyant «l’expression officielle de la reconnaissance de ces pays de la marocanité du Sahara», ainsi que l’annonce d’ouverture d’autres consulats, comme celles des Etats-Unis. Il n’a pas omis non plus de rappeler le programme de développement des provinces du sud, dont 70% des projets programmés ont été réalisés, ainsi que la délimitation des frontières maritimes du royaume dans la province. Le chef de l’exécutif a également cité les accords signés avec le Royaume-Uni ainsi que la Russie pour la pêche, qui a «inclus aussi le Sahara», tout comme la poursuite du chantier de la régionalisation avancée comme choix stratégique et la vague de retrait, dans le monde, des reconnaissances de la «RASD».

S.E. El Othmani a rappelé que 164 Etats ne reconnaissent pas cette entité, tandis que plus de 75 pays du globe ont salué l’opération des FAR et la réouverture du poste-frontière d’El Guerguerate, avant de tirer sur l’Algérie. «Aucun pays n’a encouragé le blocage à part l’Algérie, dont les médias ont publié de fausses informations dans le cadre d’une campagne que notre presse a su contrer. Le Polisario a même continué ses harcèlements en annonçant rompre le cessez-le-feu et sortant des fake news et des informations truquées», a-t-il martelé.

Le chef du gouvernement a abordé la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara et les derniers développements l’ayant suivi, comme les préparatifs lancés pour l’ouverture du consulat des Etats-Unis à Dakhla. «Ce sont des actions qui reflètent le sérieux du sujet et les efforts du Maroc pour les traduire sur le terrain. Le Maroc a donc tourné la page des années difficiles sur la position américaine du conflit du Sahara», a-t-il estimé.

Dans ce sens, El Othmani a pointé du doigt les tentatives des ennemis du royaume pour «sous-évaluer» ce changement en le qualifiant de «symbolique» et «sans effets juridique» et en mobilisant des lobbies aux Etats-Unis pour pousser la prochaine administration à le révoquer.

«L’annonce ne vient pas du vide, mais d’un cumul sur des années des efforts de la diplomatie marocaine aux Etats-Unis et le fait de faire marche arrière à travers un décret du congrès est très difficile», tranche-t-il. Le Chef du gouvernement prédit même que «la décision américaine et le poids des Etats-Unis pousseront d’autres nations à lui emboîter le pas».  

Au sujet du dossier du Sahara à l’ONU et la résolution 2548 adoptée par le Conseil de sécurité en octobre, S.E. El Othmani a rappelé que «l’Algérie, citée 5 fois dans cette résolution, a été mise devant sa responsabilité, pour qu’elle reste impliquée dans le processus». Comme il a relevé dans ce cadre que «le Maroc continuera à s’engager dans les efforts de l’ONU visant à relancer le processus politique sur la base des paramètres du Conseil de sécurité. Il reste convaincu que l’opération ne réussira pas sans l’implication de l’Algérie.»

Le chef du gouvernement a également appelé à «consolider les réalisations», «encourager les communautés MRE, surtout celles installées dans les pays influents» pour continuer leurs mobilisations pour la cause nationale, «doubler les efforts diplomatiques pour que d’autres pays suivent les Etats-Unis» et «doubler la vigilance contre les campagnes des ennemis».

S.E. El Othmani a, enfin, invité les «frères à Tindouf» à regagner le royaume: «la patrie est clémente et miséricordieuse », invoquant   ainsi le discours de feu Hassan II de 1988. 

Les observateurs n’auront donc pas manqué de relever qu’au moment même où une délégation officielle était accueillie à Tel-Aviv, le patron du PJD n’a fait aucune référence à la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une « normalisation » qui représente l’autre facette du nouveau positionnement US dans le dossier saharien.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus