Phosphates: Le marché mondial change de configuration

0 113
Le marché mondial des fertilisants vient de subir une profonde reconfiguration. L’annonce, lundi, de la fusion de deux grands clients de l’Office chérifien des phosphates (OCP), à savoir les géants Canadiens PotashCorp et Agrium, a laissé les acteurs de ce marché sur le qui-vive. Cette nouvelle concerne directement l’Office, dont les fertilisants pèsent 45 % dans le chiffre d’affaires, et sur un plan plus large le Maroc qui détient 20% du marché mondial des fertilisants et poursuit l’élargissement de ses capacités de granulation.
Approuvée par les conseils d’administration de deux entreprises canadiennes, cette opération unira l’un des plus grands fabricants mondiaux de fertilisants à l’un des plus grands réseaux de distribution d’engrais agricoles du monde. Quoiqu’elle a été approuvée par les autorités de la concurrence au USA et au Canada, cette fusion inquiète les agriculteurs qui, selon une analyse de National Bank (citée par Reuters) craignent de perdre leur pouvoir de négociation des prix des semences et des produits chimiques qu’ils utilisent, en raison d’une moindre concurrence. La future entreprise, qui sera en position dominante sur le marché nord-américain, avec deux tiers des capacités de production de potasse, 30 % pour le phosphate et 29 % pour l’azote, aura également une position dominante sur le marché mondial. Selon un communiqué conjoint des deux firmes, la nouvelle entreprise sera un leader dans l’industrie des engrais avec près de 20.000 salariés, des opérations et des investissements dans 18 pays, et une valorisation d’entreprise pro forma de 36 milliards de dollars.
Une position qui aura une incidence certaine sur le marché mondial de l’agrochimie, qui connaît un mouvement de forte concentration, mais aussi sur ses principaux acteurs y compris le Maroc. Si l’impact sur ce dernier ne pouvait se ressentir sur le court et le moyen terme grâce à des accords définitifs signés entre l’Office chérifien et PotashCorp, cette fusion aura évidemment des retombées sur le long terme. A ce propos, il est a rappeler que selon les termes des deux accords conclus entre le groue OCP et Potashcorp, le premier s’engage à fournir des phosphates contre l’approvisionnement en ammoniac. PotashCorp achèterait d’OCP sa gamme complète de produits finis phosphatés pour lui permettre de répondre aux besoins de ses clients aux États-Unis et au Canada et approvisionnerait OCP en ammoniac, pour lui permettre de répondre à ses besoins croissants en ammoniac, notamment pour ses nouvelles capacités d’engrais au niveau de la plateforme Jorf Phosphate Hub.
Rappelons que l’agence de notation internationale Standard & Poor’s avait renouvelé, fin mai dernier, sa confiance en l’OCP et sa stratégie en maintenant sa notation BBB-. Ce maintien intervenait dans un contexte où l’Agence a procédé à la dégradation des notes de l’ensemble des acteurs internationaux du secteur (Mosaic, Phosagro, Agrium, Potash Corp…) qui connaissaient des contre-performances au premier trimestre 2016 et enregistré tous un recul important de leurs résultats.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus