La Pologne, théâtre de la relance de la guerre froide

0 89
Les fameuses « manœuvres de printemps » de l’Otan ont repris en Pologne depuis mardi et devraient durer dix jours avec le déploiement d’une impressionnante armada composée de chars, véhicules blindés, avions et navires de guerre. Il s’agit en fait d’une série d’exercices militaires parmi les plus importants dans cette partie de l’Europe depuis la fin de la guerre froide baptisés « Anaconda ». Près de 30 000 soldats, dont 14 000 Américains, y prendront part avant de poursuivre les autres manœuvres en Estonie notamment. Des exercices massifs destinés à rassurer les partenaires de l’Otan vis-à-vis de la menace potentielle de la Russie.
« Anaconda », à l’origine un exercice conduit par l’armée polonaise pour ses propres besoins, vise cette année à tester la capacité des forces polonaises à s’intégrer dans un environnement multinational. Comme il s’agit aussi de l’illustration des décisions qui devraient être prises au sommet de l’Otan, début juillet à Varsovie : renforcement des capacités de commandement de l’Alliance en Europe du Nord et de l’Est et validation du principe consistant à déployer par rotation une brigade blindée en Europe. Quatre mille hommes envoyés tour à tour en Pologne et dans les pays baltes notamment pour faire face à la menace potentielle de la Russie.
En juin, les pays baltes accueilleront l’exercice « Coup de Sabre » (« Saber strike ») réunissant 10 000 soldats pour tester leurs capacités opérationnelles sur le terrain, alors que « Réponse rapide » (« Swift Response ») en Allemagne évaluera, dès cette semaine, les capacités de réaction rapide de l’alliance afin d’intervenir en cas de crise.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus