viagra moins cher en ligne achat cialis herault commande de viagra sur internet achat de viagra en ligne au quebec posologie du cialis 20mg effet de cialis 20mg comparateur de prix cialis 10mg acheter viagra en ligne en france legalement prix du cialis 20mg en pharmacie 44 acheter viagra thailande

Pour conjurer la menace CPI : B. Netanyahu veut faire jouer les pressions US

Benjamin Netanyahou souhaiterait que Washington maintienne ses sanctions contre les membres de la Cour pénale internationale (CPI) afin de limiter la probabilité d’une enquête sur des crimes de guerre commis par l’armée sioniste à Gaza et en Cisjordanie en 2014. 

0
Pour conjurer la menace CPI : B. Netanyahu veut faire jouer les pressions US

Le 17 février 2021, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, aurait demandé au président Joe Biden de maintenir les sanctions prises par l’ancienne administration Trump à l’encontre des membres de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour avoir ouvert une enquête sur des crimes de guerre commis par les forces US en Afghanistan. 

D’après Axios, les responsables israéliens craindraient notamment que la levée des sanctions US conduise le procureur de la CPI à penser que les Etats-Unis ne sont pas opposés à l’ouverture d’une enquête sur de potentiels crimes de guerre commis par Israël en Cisjordanie et à Gaza. L’Etat hébreu serait très inquiété par le fait que cette enquête pourrait conduire à des mandats d’arrêt contre des responsables et des militaires israéliens. 

B. Netanyahu aurait d’ailleurs indiqué, à l’occasion d’une commémoration pour des soldats disparus au combat que lors de son entretien téléphonique avec le président US, « nous avons parlé de notre obligation morale de protéger nos troupes contre ceux qui tentent de diffamer leur moralité par de fausses affirmations», faisant référence à la CPI qui menace d’ouvrir une enquête pour «crimes de guerre» sur les territoires de la Palestine occupée. 

La CPI se déclare compétente pour traiter des crimes de guerre sur les territoires de Gaza et de la Cisjordanie. L’agence Reuters a signalé le 26 janvier que l’administration US avait signalé son intention d’examiner «en profondeur» les sanctions américaines contre les responsables de la CPI. 

Le 5 février, la CPI s’était déclarée compétente pour des faits survenus en 2014 dans les territoires palestiniens occupés, laissant entendre qu’une enquête pour crimes de guerre pouvait tout à fait être lancée par l’autorité judiciaire internationale. Dans un communiqué, la CPI expliquait avoir «décidé à la majorité que la juridiction territoriale de la Cour pour la situation en Palestine s’étendait aux territoires occupés par Israël depuis 1967». Cette décision faisait suite à une prise de position publique de la procureur générale de la CPI, Fatou Bensouda, qui avait annoncé sa volonté d’ouvrir une enquête complète sur d’éventuels «crimes de guerre» commis par les forces israéliennes dans les territoires palestiniens. A l’époque, le Premier ministre israélien avait estimé que cette décision prouvait que ce tribunal «était un organe politique et pas une institution judiciaire», précisant que la CPI nuisait, selon lui, au «droit des démocraties à se défendre contre le terrorisme». A l’inverse, le chef de l’Autorité palestinienne, Mohammed Shtayyeh, cité par l’agence officielle palestinienne Wafa, avait salué cette décision qui constituait, selon lui, «une victoire pour la justice et l’humanité, pour les valeurs de vérité, d’équité et de liberté, et pour le sang des victimes et de leurs familles». 

A rappeler que parmi les personnalités visées par les sanctions US actuelles figure la procureur générale de la CPI, F. Bensouda et son adjoint originaire du Lesotho, Phakiso Mochochoko. Les autorités US avaient considéré que le tribunal de La Haye menaçait d’empiéter sur la souveraineté nationale américaine et la CPI, de son côté, avait estimé que ces attaques constituaient «une escalade et une tentative inacceptable d’interférer avec l’Etat de droit et la procédure judiciaire de la Cour». L’Union européenne et la France avaient dénoncé ces sanctions inédites visant la procureur de la CPI, Paris évoquant «une attaque grave» contre cette instance et dénonçant «une remise en cause» de l’indépendance de la justice. Comme le souligne RFI, Fatou Bensouda doit quitter ses fonctions de procureur générale de la CPI le 15 juin 2021, après 9 ans de mandat, non renouvelable. Si les candidats à sa succession sont nombreux, reste à savoir si cette avocate d’origine gambienne lancera une charge définitive contre l’entité sioniste.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.