générique cialis en vente en france en pharmacie peut prendre du viagra en pharamacie sans ordonnance pharmacie discount en ligne cialis acheter du viagra super active poste restante prix du cialis generique lilly pharmacie dupont bayonne viagra feminin cialis 5 prix avis viagra sans ordonnance 24h prix cialis pharmacie andorre meme pilule viagra vous la cassez en deyux

Présidentielle en Syrie: Les résultats ne seront pas validés par les pays occidentaux

La présidentielle syrienne se tiendra le 26 mai sous l’œil d’observateurs russes, chinois, iraniens, cubains ou encore algériens. Mais les pays occidentaux n’entendent pas en reconnaître le résultat, comme ils l’ont fait savoir à un mois du vote. 

0
Présidentielle en Syrie: Les résultats ne seront pas validés par les pays occidentaux

L’élection présidentielle en Syrie, qui doit se tenir le 26 mai, a été au cœur des débats du Conseil de Sécurité de l’ONU, lors de la session mensuelle tenue le 28 avril. Etats-Unis, France et Royaume-Uni ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne reconnaitraient pas son résultat, ce que Moscou a dénoncé comme constituant une forme d’«ingérence» allant à l’encontre du droit international. 

Qualifiant le futur scrutin d’«imposture», Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, a appelé les autorités syriennes à prendre en compte la «participation des réfugiés, des personnes déplacées et de la diaspora à toute élection syrienne». Tant que cela ne sera pas le cas, «nous ne serons pas dupes», a-t-elle ajouté. 

Adoptant une ligne similaire à celle de Washington, Nicolas de Rivière, ambassadeur français, a prévenu que son pays ne reconnaîtrait «aucune validité» à cette élection. Tandis que les autorités syriennes ont convié des parlementaires d’une quinzaine de pays alliés en qualité d’observateurs, le diplomate a assuré que le scrutin se tiendrait «sous le seul contrôle du régime, sans supervision internationale». «Des élections en l’absence d’un environnement sûr et neutre, dans un climat de peur permanente, lorsque des millions de Syriens dépendent de l’aide humanitaire […] ne confèrent pas de légitimité politique, mais manifestent plutôt un mépris pour le peuple syrien», a pour sa part estimé Sonia Farrey, pour le Royaume-Uni. 

La Russie a déploré la position occidentale de principe dans ce dossier. Vassili Nebenzia, représentant de la Russie à l’ONU, a ainsi jugé «désolant de voir que certains pays sont hostiles à l’idée même de l’élection à venir et se sont déjà hâtés de [la] déclarer illégitime». Il a déploré le «fond médiatique négatif autour du futur scrutin » et estimé que cette attitude allait à l’encontre des travaux du Comité constitutionnel syrien, chargé de rédiger une nouvelle constitution et réunissant pouvoir et opposition. «Malgré toutes les difficultés, les autorités syriennes font des efforts pour assurer le fonctionnement de l’Etat», a encore souligné V. Nebenzia, dénonçant par ailleurs une «ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie […] inacceptable et contraire aux normes existantes du droit international». 

 Chinois, Russes, Iraniens et Cubains conviés par Damas 51 candidats, dont sept femmes, ont déposé officiellement leur candidature à l’élection présidentielle syrienne avant la date limite du 28 avril, selon l’agence de presse publique Sana. Pour être acceptée, leur candidature doit désormais recueillir le soutien de 35 des 250 députés du Parlement syrien. Autre nécessité pour les candidats : vivre «de manière continue» en Syrie depuis au moins 10 ans.  

Parmi les candidats figure l’actuel président Bachar el-Assad, au pouvoir depuis 2000, date à laquelle il avait succédé à son père, Hafez el-Assad. Second scrutin organisé depuis le début, en 2011, de la guerre civile, l’élection présidentielle syrienne doit se tenir dans un contexte difficile, entre un regain de tensions sur le terrain et une situation humanitaire encore aggravée par la pandémie de Covid-19. Confronté à l’insurrection de groupes terroristes et islamistes depuis des années, le président B el-Assad est parvenu à reconquérir une large partie du territoire national, à l’exception de certaines zones, dont notamment celle occupée par les forces kurdes dans le nord du pays. Mais, au-delà de l’aspect militaire, 10 ans après le début du conflit, la nécessité d’une solution politique reste prégnante. 

En parallèle au Comité constitutionnel inter-syrien de Genève, c’est notamment dans le cadre du processus d’Astana, qui se tient sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie, que se retrouvent à la table des négociations représentants du gouvernement syrien et délégations de l’opposition.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.