Présidentielle US : du first pour les démocrates

Les démocrates ont, pour la première fois dans l’histoire américaine, investi une femme pour être candidate à l’élection présidentielle américaine. A 68 ans, Hillary Clinton a été officiellement désignée à Philadelphie, mardi dernier, comme la candidate républicaine à la Maison Blanche pour l’élection de novembre. Conformément au résultat des primaires, l’ex chef de la diplomatie US a recueilli le soutien de la majorité des délégués, franchissant le cap des 2 382 voix nécessaires pour emporter l’investiture. Le ralliement tardif de son rival Sanders, malgré l’affaire des mails de la direction du parti dévoilés par Wikileaks, a définitivement scellé le sort de l’ancienne « First Lady ». Mais rien n’est encore gagné face au républicain Donald Trump, favori des derniers sondages. « Quelle journée et quelle soirée extraordinaires ! », a-t-elle lancé dans une vidéo. « Je n’arrive pas à croire que nous venons d’asséner un coup sans précédent au plafond de verre [qui bloque la carrière des femmes] », a-t-elle ajouté. « Si des petites filles ont veillé ce soir, je voudrais leur dire que je deviendrais peut-être la première femme présidente, mais que l’une d’entre vous sera la prochaine », a-t-elle conclu.
« Ce que nous devons faire au risque sinon de le regretter pour toujours, est de battre Donald Trump et élire Hillary Clinton », avait affirmé mardi matin Bernie Sanders pour rassembler la famille démocrate. La veille, il avait clairement opté pour le rassemblement dans un discours prononcé dans une salle chauffée à bloc par le discours de la première dame, Michelle Obama, qui a enthousiasmé les quelque 5 000 délégués rassemblés à « Philly ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus