Prévisions de croissance : La Banque mondiale livre son pronostic

0 56

Selon le rapport de suivi de la situation économique au Moyen-Orient et en Afrique du nord (MENA) de la banque mondiale, la croissance économique du Maroc devrait s’élever à 4,6% en 2015 (contre 2,6% seulement en 2014) grâce notamment à la bonne pluviométrie et à la forte baisse des prix internationaux du pétrole. Pour 2016, la Banque Mondiale table sur un taux de croissance de 4,8%. Pour sa part, le déficit budgétaire devrait s’améliorer à -4,5% du PIB en 2015 (vs. -5% en 2014) grâce notamment à la volonté du gouvernement de poursuivre ses réformes fiscales et de retraites ainsi qu’à l’adoption de la Loi Organique relative aux lois de fianances (LOLF). Dans ces conditions, le déficit budgétaire devrait être ramené à 3% du PIB à horizon 2017. L’inflation devrait, quant à elle, être maintenue en dessous de 2% durant les deux prochaines années. Le déficit de la balance courante devrait également se résorber pour se fixer à -5% en 2015 (vs. -5,8% en 2014), grâce notamment à l’émergence de nouveaux relais de croissance à forte valeur ajoutée au niveau des industries à l’export tels que l’automobile et l’aéronautique et à l’expansion des entreprises marocaines en Afrique de l’Ouest. Le Maroc pourrait ainsi s’ériger en Hub entre l’Europe et l’Afrique sub-saharienne pour le commerce et l’investissement. Notons que le besoin de financement constitue une préoccupation modérée pour le Maroc à moyen terme, étant donné son faible niveau d’endettement extérieur, le soutien financier dont il bénéficie de la part des pays du CCG et son accès facile aux marchés internationaux. La banque mondiale rappelle à ce titre que le Maroc profite toujours de la ligne de précaution et de liquidité du FMI d’un montant de 5 Mrds  de dollars qui devrait servir de bouclier contre les chocs externes jusqu’à la mi-2016. Signalons, enfin, que la banque mondiale table pour l’ensemble de la région MENA sur un taux de croissance variant entre 3,1% et 3,3%, en tablant sur l’application des réformes générales et la faiblesse des cours du pétrole.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus