Projet de Budget 2017 : Les priorités de M. Boussaid

Les grandes lignes du projet de loi de Finances (PLF) 2017 viennent d’être dévoilées par l’Argentier du pays. Tracé dans la continuité, ce projet qui devrait être validé et exécuté par la prochaine équipe gouvernementale porte, en lui, le vœu pieux d’accélération de la transformation structurelle de l’économie à travers l’industrialisation et l’export tant acclamée par les experts économiques du pays. Dans ce sens, lors de la présentation du cadre général de la PLF 2017 devant les commissions des Finances des deux chambres du Parlement le 21 juillet, le ministre des Finances a expliqué que cette accélération portera sur la mise en œuvre du Plan d’accélération industrielle qui insiste sur la consolidation de la dynamique des métiers mondiaux du Maroc et le développement des autres secteurs d’exportation comme le textile, les industries manufacturières liées au secteur agricole et la pêche maritime. Cette transformation de l’économie trouvera aussi appui dans le secteur de l’agriculture et des services, puisque les efforts déployés dans le cadre du Plan Maroc vert seront valorisés et étoffés avec comme objectifs : diversifier la valeur ajoutée agricole et réduire sa dépendance des conditions climatiques. Quant au secteur des services, il sera réorienté vers les activités à haute valeur ajoutée capables de créer davantage d’opportunités d’emploi. Le renforcement de la gouvernance institutionnelle, de la compétitivité, la promotion des investissements privés, la valorisation du capital humain et la réduction des disparités sociales et sectorielles figurent en tête des priorités pour relancer l’économie. Le développement des grandes infrastructures, l’immobilier et la logistique seront aussi au menu du PLF afin de renforcer la compétitivité de l’économie et promouvoir les investissements privés. Le ministre a également annoncé la poursuite de l’amélioration du climat des affaires, à travers la mise en œuvre du plan de réforme de l’investissement, la lutte contre l’évasion fiscale et l’importation de produits contrefaits. Selon M. Boussaid, il s’agira d’exploiter les opportunités offertes par les accords de libre-échange signés avec différents partenaires internationaux et tirer profit des excellentes relations avec les pays du Conseil de coopération du Golfe et les pays d’Afrique subsaharienne.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus