The news is by your side.

Provocation à la haine : Condamné, E. Zemmour fait appel…

0 116

E. Zemmour n’était pas au tribunal pour entendre le jugement. Les propos incriminés remontent au 29 septembre 2020. Lors de l’émission « Face à l’info » sur la chaîne CNews après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le candidat d’extrême droite à la présidentielle alors chroniqueur avaient affirmé que les migrants mineurs isolés « n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent. »
En le reconnaissant coupable d’incitation à la haine et le condamnant à 10 000 euros d’amende, le tribunal a suivi les réquisitions du parquet qui avait estimé que « les limites de la liberté d’expression étaient franchies » par ces propos qualifiés de « méprisants et outrageants », signe d’une « détestation » de la population immigrée.
L’avocat d’E. Zemmour avait lui plaidé que son client défendait là une position politique. Cette condamnation n’est pas solidement argumentée juridiquement et même un « dévoiement », a réagi Me Pardo puisque, selon lui « les mineurs isolés ne sont ni une race, ni une nation. » Il va interjeter appel.
Dans un communiqué, le principal intéressé a dénoncé une condamnation « idéologique et stupide ». « C’est la condamnation d’un esprit libre par un système judiciaire envahi par les idéologues », a-t-il écrit. « Nous voulons la fin de ce système qui resserre chaque jour un peu plus le garrot sur la liberté d’expression et le débat démocratique. Ce système fabrique du délit d’opinion de manière industrielle. Il est urgent de chasser l’idéologie des tribunaux », a ajouté E. Zemmour. À l’automne, déjà, celui qui est aujourd’hui crédité de 13% des intentions de vote dans les sondages disait vouloir « enlever le pouvoir (aux) contre-pouvoirs » comme « la justice, les médias, les minorités ».
Arié Alimi, avocat de la Ligue des droits de l’homme, a quant à lui salué une décision importante qui montre qu’insulter ainsi une population immigrée est bien du racisme. Il s’est félicité aussi de la condamnation à 3 000 euros du directeur de publication de CNews, car la trentaine d’associations parties civiles avaient insisté sur la nécessité de condamner aussi la chaîne, responsable selon elles de faire de ce type de « discours de haine », son « fonds de commerce ».
C’est la troisième condamnation d’E. Zemmour pour provocation à la haine. Le candidat d’extrême droite doit être jugé en appel jeudi pour contestation de crime contre l’humanité après avoir soutenu, en octobre 2019, encore sur CNews, que le maréchal Pétain avait « sauvé » les juifs français.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.