Putsch raté en Turquie : la revanche d’Erdogan…

0
Dans la nuit de vendredi à samedi, un groupe de militaires turcs a tenté de renverser le pouvoir du président Erdogan. Un putsch avorté qui a entraîné de nombreuses manifestations, ainsi que de violents combats, notamment à Ankara, où le palais présidentiel et la chambre des députées ont été bombardés. Pour reprendre le contrôle, les autorités n’ont pas hésité à attaquer à l’arme lourde les avions et les chars des soldats rebelles. Le bilan des victimes a été revu à la hausse dimanche : au moins 290 personnes ont été tuées au cours du week-end dans le pays, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.
« Plus de 100 putschistes » ont été tués et au moins « 190 citoyens ont trouvé la mort », peut-on lire dans un communiqué du ministère. Un précédent bilan faisait état d’au moins 265 tués.
Outre les 6.000 militaires et juges arrêtés ou renvoyés depuis samedi en Turquie, 8.000 policiers on été mis à pied.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan tient là sa revanche : il poursuit la purge dans l’armée, la justice et les forces de l’ordre. Selon un haut responsable turc, cité lundi par Reuters, 8.000 policiers on été mis à pied du fait de leurs lien présumés avec les événements survenus dans la nuit du 15 au 16 juillet.
Déjà samedi, près de 2.745 des 15.000 juges du pays avaient été relevés de leurs fonctions. Selon un responsable du syndicat des magistrats Yargiclar, Mustafa Karadag, ces destitutions ne concernent pas que des juges favorables au putsch, mais aussi ceux qui se sont montrés trop critique envers le président. Deux juges de la cour constitutionnelle, dix collaborateurs du Conseil d’Etat et cinq membres du Haut conseil de la magistrature avaient aussi été arrêtés samedi.
Par ailleurs, des affrontements ont éclaté le 17 juillet au soir entre les forces de sécurité turques et des soldats putschistes sur une base aérienne de Konya, au centre de la Turquie où une opération de police était en cours, a indiqué un responsable turc.
Des putschistes résistant à leur arrestation
« Des affrontements sont en cours sur la base aérienne de Konya entre les forces de sécurité et des putschistes résistant à leur arrestation », a indiqué ce responsable sous couvert d’anonymat.
Selon l’agence de presse pro-gouvernement, Anadolu, l’opération est terminée et a abouti au placement de sept militaires en garde à vue. Des policiers ont effectué des tirs de sommation à l’aéroport Sabiha Gökçen, le deuxième d’Istanbul, au cours d’une opération visant à interpeller d’autres putschistes, qui se sont finalement rendus.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus