The news is by your side.

Quand Faouzi Lekjâa ponctionne illégalement les droits TV des clubs marocains de football !

159

S’il y a un président d’une fédération sportive qui s’offre le luxe de ‘’pisser’’ sur la législation qui régit le sport au Maroc, c’est bien Faouzi Lekjâa , président de la FRMF au su et au vu du ministère du sport, un département gouvernemental défaillant démuni de sa puissance publique !

En vertu de la loi 30.09 dite loi relative à l’Education Physique et aux Sports (Articles 73 et 74), les modalités de redistribution des recettes dites des droits de l’exploitation audiovisuelle doivent être arrêtées dans les règlements généraux de la fédération ou de la ligue professionnelle voire dans la convention qui doit lier cette dernière à la fédération. 

Cependant, la FRMF n’a jusqu’à présent pas de règlements généraux sous forme de recueil qui réunit tous les textes particuliers et il n’y a aucune modalité juridique qui régit la redistribution des recettes des droits TV dont le montant global est de 100 millions de dirhams. Une manne financière qui comme les autres recettes en millards de centimes sont dépensées sans budget prévisionnel adopté par l’Assemblée Générale.

Pis encore, le président de la FRMF s’arroge même le droit de ponctionner illégalement plus de la moitié des recettes de l’exploitation audiovisuelle pour indemniser  joueurs ou entraîneurs contractuels qui ont gain de cause après leurs recours à la commission fédérale compétente. Illégalement car il n’y a aucun texte statutaire ou réglementaire qui donne droit à la FRMF de prélever des amendes ou des salaires et primes pour les virer directement aux ayants droit. Ce qui fausse les bilans financiers des clubs qui ne font pas états de ces prélèvements estimées en milliards de centimes. Et si les contrats stipulent que les clubs doivent prélever les cotisations à la CNSS et l’IGR à l’administraion fiscale, ( NDLR : Aucun club marocain ne procède à ces déclarations), la FRMF verse aux joueurs et aux entraîneurs le brut de leurs salaires. 

Ni modalités de redistribution des droits de l’exploitation audiovisuelle, ni texte qui autorise à la FRMF de ponctionner ces droits : Tout est régi par l’arbitraire du président de la FRMF qui fait du top-down stalinien son dada sans responsabilité et reddition des comptes ! Et ils suffit de jeter un regard sur le rapport d’audit du PwC qui  a épinglé la gouvernance de la CAF pour voir le vrai visage de Faouzi Lekjâa et sa relation ‘’incestueuse’’ avec les finances ! Et si les magistrats de la Cour des Comptes fouillent dans les documents de plus de 5 milliards de dirhams, ordonnées par Faouzi Lekjaâ depuis son arrivée à la tête de la FRMF en avril 2014 ?


Article 73

Toute fédération sportive ou, le cas échéant, toute ligue professionnelle, peut céder aux associations sportives et aux sociétés sportives, à titre gratuit, tout ou partie des droits de l’exploitation audiovisuelle et multimédia des compétitions ou manifestations sportives organisées par elle chaque saison sportive, dès lors que lesdites associations sportives ou sociétés sportives participent à ces compétitions ou manifestations sportives. La cession bénéficie alors à toute association et à toute société sportives qui participent auxdites compétitions ou manifestations sportives.

Les modalités de cette cession sont définies dans les règlements généraux de la fédération ou de la ligue professionnelle concernée.

Lorsque la fédération ne cède pas ou ne cède qu’une partie des droits de l’exploitation audiovisuelle et multimédia, le produit des droits non cédés doit être réparti conformément à l’article 74 ci-après.

Article 74

Afin de garantir l’intérêt général et les principes d’unité et de solidarité entre les activités sportives à caractère professionnel et les activités sportives à caractère amateur, les produits de la commercialisation par une fédération sportive ou, le cas échéant, une ligue professionnelle des droits d’exploitation audiovisuelle des compétitions et manifestations sportives qu’elle organise, sont répartis entre la fédération, les associations sportives, les sociétés sportives et, le cas échéant, la ligue professionnelle.

La part de ces produits destinée à la fédération et celle destinée à la ligue professionnelle sont fixées par la convention conclue entre la fédération sportive et la ligue professionnelle correspondante, prévue à l’article 38 de la présente loi.

La part des produits revenant aux associations sportives et aux sociétés sportives leur est redistribuée à raison de 50% selon un principe de mutualisation et à raison de 50% selon les critères arrêtés par la fédération ou, le cas échéant, par la ligue professionnelle, fondés notamment sur leurs performances sportives et leur notoriété.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :