Que dira l’enquête sur la répression, à Rabat, des auxiliaires de la santé?

Le ministère de l’Intérieur a ouvert une enquête autour de l’intervention violente de ses éléments contre les infirmiers lors du sit-in de protestation du 15 novembre. Des vidéos intolérables ont circulé sur la toile montrant des agents des forces auxiliaires rudoyer des grévistes. En attendant les résultats de l’enquête, force est de rappeler que le député Mustapha Chennaoui, représentant de la Fédération de la gauche démocratique à la chambre des représentants, a pressé le gouvernement d’ouvrir une enquête sur de pareils actes de violence commis contre des infirmiers lors d’une manifestation dépassements.

0
Que dira l’enquête sur la répression, à Rabat, des auxiliaires de la santé ?

Le député de la FGD a adressé des questions écrites au ministre de l’Intérieur, Abdelouahed Laftit, et au ministre d’état des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, soulignant que ces agissements sont « graves et contraires aux dispositions de la constitution et des conventions relatives aux droits de l’homme ».

Il attire également leur attention sur l’indignation que ces « comportements humiliants» ont suscitée parmi l’opinion publique marocaine et indique que ces agissements «corroborent la persistance de l’approche sécuritaire » qui préside au sein du ministère de l’Intérieur pour toutes les manifestations sociales ainsi que la régression du gouvernement en matière des droits de l’Homme. « Au moment où le gouvernement devait honorer et remercier les professionnels de la santé qui se trouvent en première ligne dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, il innove dans les méthodes de répression en faisant usage de gifles, de coups et de violations flagrantes et odieuses des lois, au vu et au su de tout le monde », déplore ce député de l’opposition.

Une vidéo montrant des forces de l’ordre réprimant violemment des infirmiers lors d’une manifestation organisée samedi devant le siège du ministère de la Santé à Rabat a scandalisé les internautes et mis en émoi l’opinion publique. Organisé à l’initiative du le Mouvement des infirmiers et des techniciens de santé au Maroc (MITSAM), ce sit-in était l’occasion pour le personnel infirmier et les techniciens de la santé de réclamer à nouveau une indemnisation quant aux risques encourus par l’épidémie, en plus d’une réforme globale de la profession.

La fédération nationale de santé, affiliée à l’Union marocaine du travail (UMT) a également déploré cette intervention ayant visé les infirmiers et les techniciens de santé, tout en récusant « la démarche répressive» adoptée pour traiter les doléances légitimes et justes des cadres de la santé. La fédération s’est également insurgée contre ces pratiques à un moment où les cadres de santé ont fait montre d’esprit de sacrifice et d’un grand patriotisme dans l’effort de lutte contre la pandémie.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus