The news is by your side.

Quid du « Soft Power » du Maroc: Toujours moyen selon Brand Finance

0 263

Dans le classement établi par Brand Finance qui définit le soft power comme «la capacité d’une nation à influencer les préférences et les comportements de divers acteurs sur la scène internationale (États, entreprises, communautés, publics, etc.) par l’attraction ou la persuasion plutôt que par la coercition», le Maroc occupe le 46e rang mondial, avec un score de 34,9 sur 100. Il gagne ainsi 2 places et 1,1 point par rapport à l’année précédente. Quant aux indices, le royaume fait mieux en ce qui concerne la familiarité, qui définit les marques nationales que les gens connaissent et qui captent leur disponibilité mentale, ainsi que la réputation, avec des notes respectives de 5,2 et 5,5 sur 10. Le pays récolte toutefois un score de 3,4 sur 10 pour ce qui est de l’influence.
Concernant les autres sous-indices, les scores du pays restent inférieurs à la moyenne. Il récolte 3,9 sur 10 pour la Réponse au Covid-19 , 3 sur 10 pour les Affaires et commerce, 2,8 pour la culture et le patrimoine, 2,6 pour «Personnes et valeurs», 2,5 pour les relations internationales, 2,3 pour la gouvernance et les médias et communications et 1,9 sur 10 seulement pour l’éducation et les sciences.
Dans la région MENA, le Maroc est 7e, derrière les Emirats arabes unis (15e place), Israël (23e), l’Arabie saoudite (24e), Qatar (26e), l’Egypte (31e) et le Koweït (36e). Le royaume est également troisième en Afrique, derrière l’Egypte et l’Afrique du Sud (34e), mais loin devant les voisins algérien (75e) et tunisien (76e).
Dans le monde, les Etats-Unis reprennent la tête de classement, passant de la 6e place en 2021 à la première avec un score de 70,7 sur 100. Le Royaume-Uni leur emboite le pas, devant l’Allemagne, la Chine et le Japon, alors que le bas du classement est occupé par la République démocratique du Congo (116e), Mozambique, Honduras, Soudan et Trinidad et Tobago (120e).
Comme en 2021, l’enquête d’opinion publique sur la gestion par les nations de la pandémie de COVID-19 présente une dimension supplémentaire et distincte. «La composition du Global Soft Power Index 2022 a été influencée par la manière dont les pays ont géré leur reprise après la pandémie de Covid-19, tout autant que l’étude de l’année dernière a été affectée par la propagation du virus et ses conséquences sociales, politiques et économiques», indique Brand Finance, cabinet basé à Londres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.