The news is by your side.

Rappelé à l’ordre par le Hirak : Le président algérien écourte sa visite en Italie

0 280

« Grâce à l’Italie, nous serons en mesure d’approvisionner l’Europe en électricité », s’est félicité Abdelmadjid Tebboune qui était en compagnie de son homologue italien Sergio Mattarella, après leur rencontre au palais présidentiel du Quirinal. La visite du président algérien s’est ensuite poursuivie au palais Chigi, siège de la présidence du Conseil, où il a été reçu par Mario Draghi qui a qualifié cette visite d’un « signe d’amitié solide » entre les deux pays. L’occasion de signer de nombreux accords de coopération en matière énergétique. M. Draghi et son chef de la diplomatie Luigi Di Maio se sont rendus successivement à Alger ces dernières semaines. La lettre d’intentions signée jeudi « représente une étape supplémentaire dans le renforcement de la coopération énergétique entre l’Italie et l’Algérie et est en ligne avec la stratégie d’Eni de diversifier ses sources d’énergie », a souligné le groupe italien dans un communiqué. Par ailleurs, un câble sous-marin est ainsi en projet entre les côtes algériennes et italiennes.

Les groupes italien Eni et algérien Sonatrach vont ainsi accroître le développement des champs gaziers en Algérie, comme l’a appelé de ses vœux A. Tebboune. Grâce au gazoduc Transmed, Alger devrait pouvoir exporter 3 milliards de m3 de gaz par an vers l’Italie, pays qui compte faire l’impasse sur le gaz russe. Eni et Sonatrach devraient travailler aussi sur la décarbonisation. Les deux entreprises ont annoncé le développement d’un projet pilote de production « d’hydrogène vert » sur le site d’un puits pétrolier qu’ils co-exploitent dans le sud du désert algérien.

L’Italie importe 95% du gaz qu’elle consomme, dont environ 40% provenaient de Russie en 2021. L’Algérie, l’un des principaux partenaires commerciaux de l’Italie, est son deuxième fournisseur de gaz. Le contrat de vente de gaz entre les deux pays a été renouvelé en mai 2019 pour une durée de huit ans jusqu’en 2027, avec deux années optionnelles supplémentaires.

La visite d’État du président algérien en Italie s’est achevée vendredi, sans l’escale programmée à Naples en compagnie de Sergio Matteralla. A. Tebboune a eu la mauvaise surprise d’essuyer des jets de tomates et d’œufs pourris au passage de son cortège. Les partisans du Hirak algérien ont exprimé de la sorte leur mépris pour un pouvoir corrompu qu’ils invitent au départ. Le groupe d’Algériens arrêtés par la police italienne pour avoir « gêné » le cortège officiel ont été relâchés. Devant un commissariat de Rome, ils n’ont pas hésité à entonner l’hymne à la liberté que le Hirak scandait au fil des vendredi de la colère. Celui qui appelle l’armée au pouvoir à rentrer dans les casernes et invite à la mise en place d’un pouvoir civil en lieu et place du système militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :