Rapport Chilcot : l’Irak, une invasion catastrophique !

0
John Prescott, ancien vice-Premier ministre britannique, a indiqué qu’il pensait, 13 ans après les faits, que la décision du Royaume-Uni d’envahir l’Irak était illégale. J. Prescott — qui était le vice-Premier ministre de Tony Blair lorsque le Royaume-Uni a décidé de rejoindre les Etats-Unis en Irak, en 2003 — a écrit dans un article, publié dans le Sunday Mirror, qu’il avait à présent changé d’avis sur la légalité de cette guerre, réagissant à la publication d’un rapport critiquant la décision du gouvernement britannique de déclarer la guerre à l’Irak. «En 2004, le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, avait déclaré que le but premier de la guerre en Irak était de renverser le régime, ce qui est illégal. C’est avec beaucoup de tristesse et de colère que je crois à présent qu’il avait raison», a-t-il indiqué. «Pas un jour ne passe sans que je pense à notre décision de déclarer la guerre. Aux soldats britanniques qui ont donné leur vie ou été blessés pour leur pays. Aux 175 000 civils qui sont morts à cause de la boîte de Pandore que nous avons ouverte en renversant Saddam Hussein», a-t-il ajouté. «Je vivrai avec cette décision de déclarer la guerre et ses conséquences catastrophiques pour le restant de mes jours», a-t-il regretté. J. Prescott a signalé que le Premier ministre, Tony Blair, avait à l’époque écrit au président américain, George W. Bush, qu’il «serait avec lui quoi qu’il fasse» huit mois avant l’invasion. J. Prescott a également critiqué la gestion de T. Blair car celui-ci donnait «trop peu de documentation» à son gouvernement pour qu’il prenne des décisions. De nombreux Britanniques souhaitent que T. Blair soit traduit en justice pour sa décision qui a coûté la vie à 179 soldats britanniques et à des centaines de milliers de civils irakiens pendant les six ans qu’a duré le conflit.
A son tour, Federico Trillo, ancien ministre espagnol de la Défense au sein du gouvernement Aznar, a déclaré que les informations sur les armes de destruction massive en Irak avant la guerre irakienne de 2003 n’étaient «ni complètes ni exactes». F.Trillo réagissait sur les ondes de la radio espagnole Onda Cero, à la veille de la publication du rapport Chilcot qui critique le gouvernement britannique de l’époque, dirigé par Tony Blair, pour de nombreuses fautes telles que le déclenchement de la guerre avant que «tout le possible n’ait été fait pour éviter la guerre».
Actuellement ambassadeur de l’Espagne en Grande-Bretagne, F. Trillo a souligné que les armes de destruction massive «n’étaient pas en Irak». L’Espagne a envoyé 1300 soldats en Irak, qui y sont restés dix mois et dont onze ont perdu la vie. Deux journalistes espagnols, Julio Anguita et Jose Couso, ont été tués lorsqu’un char américain a tiré sur l’hôtel de Baghdad où ils étaient logés.
Selon le rapport Chilcot, le Premier ministre d’alors, Jose Maria Aznar, a cherché à convaincre le Chili et le Mexique, membres du Conseil de sécurité des Nations unies, de soutenir la guerre, ajoutant que MM. Aznar et Blair avaient œuvré, par une stratégie de communication, pour faire croire qu’ils avaient tout fait pour éviter la guerre.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus