The news is by your side.

Réforme du code pénal : A quel saint se vouer ?

0 162

Tout prête à croire que l’adoption du projet de code pénal ne saurait être que renvoyée aux calendes grecques. Même si le débat autour dudit projet tient en haleine l’opinion depuis plusieurs mois. La majorité aux affaires s’étripe autour du même projet.

Preuve en est la joute qui oppose le socialiste Mohamed Ben Abdelkader, actuel ministre de la Justice qui a hérité du portefeuille naguère squatté par l’islamiste Mustapha Ramid. Les tirs sporadiques nourris par les élus du PJD ciblent le manque de réactivité de l’Exécutif. On reproche à ce dernier de lambiner au lieu de mettre en pratique la dimension « bonne gouvernance » que recèle ledit code. Le ministre de la Justice vole dans les plumes des islamistes en rappelant aux uns et aux autres que le code comporte 80 articles. Dès lors, ne se focaliser que sur l’article lié à « l’enrichissement illégal » procède l’approche « réductrice » qui exprime une « tentative de diversion » devant servir des « desseins inavoués ». Résultat des courses, les élus du PJD ont décidé de marcher dans les pas de M. Ramid qui rejette l’amendement apporté à l’article qui fait polémique.

Le temps passe, inexorablement, alors que responsables et élus de la majorité persistent à se narguer. De quoi renforcer davantage le divorce entre une opinion publique et ses prétendus relais politiques qui se jouent de l’intérêt public en général. Quoi qu’il en soit, le climat politique déjà pollué par nombre de questions en suspens promet d’être davantage toxique face au peu d’entrain dont fait preuve la majorité aux affaires à trouver un terrain d’entente pour valider ou non le projet de code pénal. Cela aura au moins l’avantage de faire l’économie le duel Ramid-Benabdelkader qui se bouffent le nez !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.