The news is by your side.

Regain de tension dans la péninsule coréenne : Moscou et Pékin dénoncent Washington

0 94

Les tensions dans la péninsule «sont essentiellement dues aux Etats-Unis», a déclaré mercredi 8 juin Zhang Jun, ambassadeur chinois à l’ONU, jugeant que Washington n’avait «pas une réponse appropriée» face à Pyongyang et conservait «un discours de pressions».

Pékin et Moscou avaient bloqué le 26 mai au Conseil de sécurité un projet de résolution US imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord en représailles à ses multiples tirs de missiles balistiques depuis le début de l’année. Des sanctions que le diplomate chinois a appelé à alléger, tout comme Anna Evstigneeva, ambassadrice adjointe de la Russie. La Corée du Nord a besoin de davantage d’aide humanitaire et l’Occident doit arrêter de mettre la responsabilité des tensions sur Pyongyang, a-t-elle expliqué.

Au nom des Etats-Unis, Jeffrey DeLaurentis, ambassadeur adjoint, a balayé ces accusations. Les sanctions et la proposition d’en ajouter sont une réponse au comportement nord-coréen, selon lui. «Nous recherchons un dialogue avec Pyongyang sans conditions préalables. Nous avons également transmis ce message par des canaux privés, y compris via des messages personnels de hauts responsables américains à de hauts responsables nord-coréens», a-t-il déclaré. Kim Song, ambassadeur de Corée du Nord à l’ONU, a justifié les essais militaires de son pays en soulignant que la Charte des Nations unies prévoyait «explicitement le droit de chaque Etat à assurer sa propre défense de manière individuelle ou collective».

Pour l’Union européenne au contraire, comme pour le Japon et la Corée du Sud, ils représentent un mépris flagrant à l’égard de la communauté internationale et des résolutions de l’ONU. Les sanctions sont «un outil essentiel» pour le Conseil de sécurité dans des crises, a fait valoir Olof Skoog, ambassadeur suédois et représentant de l’UE.

La Chine et la Russie ont par ailleurs sommé lors de ce débat les utilisateurs d’un veto au Conseil de sécurité de venir l’expliquer devant les 193 membres de l’Organisation. L’obligation faite aux membres permanents du Conseil de sécurité de venir expliquer leur recours au veto devant l’Assemblée générale de l’ONU a été instituée par une résolution adoptée par cette instance le 26 avril à l’initiative du Liechtenstein.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.