Remaniement ministériel en Algérie : Les hommes du Président maintenus

0 80

Un remaniement ministériel de plus en Algérie. Pour les observateurs, la démarche du Président Bouteflika vise à détourner l’attention de son état de santé, de la baisse de la rente pétrolière et de l’absence des réformes politiques promises.Ce remaniement est destiné à la « consommation médiatique » assure nombre d’observateurs et d’acteurs politiques. Les modifications opérées dans la composition du gouvernement Sellal n’ont pas pour autant charrié de ruptures même si des fidèles ont été débarqués. Les hommes de main du président (Sellal, Louh et Gaid Salah) sont toujours là. Et même Belaiz, appelé à conseiller le chef de l’Etat reste en lice en cédant son poste de ministre de l’Intérieur à Nouredine Bedoui. S’agit-il d’une diversion de plus opérée par le système rattrapé par les scandales au point de pousser nombre de voix, de plus en plus nombreuses, à évoquer la vacance du pouvoir en Algérie.
Pour Ali Benflis, coordinateur des Forces du changement, « le pouvoir politique en place est plongé dans l’irrationalité », a-t-il souligné à l’issue du remaniement. Cet ancien dignitaire du système doute que le remaniement soit l’œuvre du président Bouteflika : « Tous ceux qui savent que le sommet du pouvoir est vacant se demandent qui est à l’origine de ce remaniement ? Qui l’a décidé ? Quel est le but du changement dans un gouvernement qui ne gouverne pas ? ». A ses yeux, ces « changements, qui se suivent et se ressemblent, sont insensés et il est difficile de leur donner une explication politique ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus