Remue ménage ou grand nettoyage des services algériens? 

La mise en orbite de l’ancien chef de cabinet du général Toufik à la présidence de la République est-elle symptomatique d’une reconstitution des services secrets algériens déstructurés par Gaïd-Salah ? Eclairages… 

0
Remue ménage ou grand nettoyage des services algériens? 

Tout porte à le croire. Le général Mansour Benamara, dit Hadj Redouane, est la boîte noire de l’ex-Département des renseignements et de la sécurité (DRS), dont de nombreux experts et analystes réclament le retour sous la forme laissée par Bouteflika lors de la dernière restructuration des services en 2015.

L’ancien chef de l’Etat avait sorti du fond du tiroir de la présidence de la République un décret non publiable que Chadli Benjedid avait signé mais qui n’avait jamais été exécuté. Les missions des services secrets avaient été réparties de sorte à éviter que le chef du DRS continue de jouir de sa surpuissance rendue possible par la concentration de plusieurs structures sous ses ordres directs. 

La décision de Bouteflika avait été critiquée par certains car en la déterrant, plus de vingt-cinq ans après son élaboration, a fait dire à de nombreux analystes que le but recherché par l’ex-Président A. Bouteflika n’était pas de veiller à un équilibre dans la répartition des attributions, mais d’affaiblir les très puissants services secrets au profit du chef d’état-major de l’époque, le général Ahmed Gaïd-Salah, qui servait de pilier pour le quatrième mandat vacillant du Président malade.

Selon des sources informées, le rappel du général Mansour Benamara, en vue de jouer un rôle important dans la remise en marche de la redoutable machine du renseignement algérien, n’obéit qu’à un seul objectif : réparer les dégâts commis par A. Gaïd-Salah qui a mis sous sa coupe un service dont il ne maîtrisait pas le fonctionnement délicat, au point d’en confier les commandes à des généraux inexpérimentés dans ce domaine sensible. 

Nos sources soulignent, par ailleurs, que «quel que soit le procès d’intention qu’on puisse faire à Tebboune, mal élu et rejeté par la majorité des citoyens, il ne pourra commettre l’erreur de son prédécesseur qui a consisté à
s’accrocher au pouvoir indéfiniment». Et de préciser que «Tebboune ne fera qu’un mandat, s’il arrive à le terminer, et les Algériens ne peuvent, maintenant qu’ils ont été mis devant le fait accompli avec le passage en force du 12 décembre que le Hirak n’a pas pu empêcher malgré l’abstention record, qu’espérer que les changements promis soient réalisés très vite, à commencer par la restructuration des institutions qui seront appelées à jouer un rôle essentiel dans cette période de transition, car c’en est une».

Jusqu’où Abdelmajid Tebboune pourra-t-il aller dans ses réformes, sachant qu’il fait face à une contestation populaire intacte et qu’il devra affronter des résistances farouches au sein des institutions qu’il veut réformer, services secrets en tête ? 

En tout cas, comme le rapporte le site TSA,  le nettoyage des écuries d’Augias semble irréversible avec la mise à l’écart jeudi 7 janvier du général-major Mohamed Bouzit, alias Youcef, de la Direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE), le renseignement extérieur algérien.

Le remplaçant du général-major Youcef est le Général-major à la retraite Mahfoud, rapporte de son côté Algérie Part. Le général-major Mahfoud est l’ancien responsable de la Direction des relations extérieures, la fameuse DREC, une direction rattachée à l’Etat-Major de l’ANP et dont la mission est d’assurer la coordination entre tous les attachés militaires et de Défense en poste à travers toutes les ambassades d’Algérie dans le monde. Le général-major Mahfoud est réputé pour sa proximité avec l’ancien patron emblématique du DRS, le général Toufik qui vient d’être acquitté par la justice algérienne qui le poursuivait avec son compère Tartag, et Saïd Bouteflika, conseiller et frère de l’ancien Président grabataire, pour « complot » contre les institutions. Un non lieu qui sonne comme une « grâce » élargie aussi à la patronne du Parti du Travail (PT), Louisa Hanoune.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus