La reprise d’Alep ne tient qu’à un fil : Le pronostic vital des djihadistes est engagé

0
Face à l’offensive menée à Alep par les forces gouvernementales syriennes, l’impuissance des pays qui soutiennent l’opposition armée est patente. Le secrétaire d’Etat US est même allé jusqu’à imputer les victoires de l’armée syrienne à l’incapacité des djihadistes. Tout en militant, à Hambourg, dans l’espoir de parvenir à un cessez-le-feu. En effet, l’armée arabe syrienne a pu récupérer plus de 80% des quartiers Est de la ville d’Alep dans lesquelles les djihadistes s’étaient retranchés en se servant de la population civile comme d’un bouclier. Et les opérations militaires se poursuivent toujours conformément aux objectifs tracés par Damas pour étendre sa souveraineté sur tout le territoire syrien. Seule Israël a réagi, militairement, en tirant des missiles sol-sol sur une base aérienne sise dans la banlieue de Damas. Ce qui a fait réagir Moscou qui considère qu’une telle initiative (qui fait suite à plusieurs raids aériens) porte un coup à l’entente russo-israélienne pour empêcher toute friction entre les forces des deux pays. Le message de Tel-Aviv paraît des plus clairs à l’endroit du régime syrien qui résiste depuis plus de six ans face aux tentatives de déstabilisation. En prenant pour cibles des sites stratégiques syriens, l’armée israélienne qui couvre des groupes djihadistes retranchés le long de la ligne de démarcation dans le Golan, livre un message à Damas. Pour la dissuader de toute tentative visant la reprise des régions encore entre les mains des djihadistes… Voir compenser, même tardivement, la perte de l’un de ses chasseurs abattu il y a quelques semaines par la DCA syrienne…
Face à l’effondrement militaire qui semble inexorable, les diplomates occidentaux et les pays qui soutiennent la rébellion ont peu de marge de manœuvre. Ils exhortent le régime syrien et ses alliés à cesser le combat. Sans succès. C’est ce qu’ont fait aujourd’hui la France, les Etats-Unis et quatre autres pays occidentaux. Une déclaration qui se veut très ferme non seulement à l’égard de Damas mais aussi à l’égard de la Russie et de l’Iran, principaux alliés du régime. Mais cette déclaration constitue aussi d’une certaine façon un constat d’échec pour ces pays qui ne peuvent concrètement rien faire pour venir en aide aux rebelles et à la population civile.
Un autre appel a été formulé mercredi dernier par la rébellion elle-même que l’ex-Front al-Nosra a réussi à amalgamer. Un appel désespéré étant donné la situation militaire dans laquelle se trouvent les combattants d’Alep. Et il a peu de chances lui aussi d’aboutir pour la simple et bonne raison que les combattants rebelles se refusent toujours à rendre les armes et à quitter la ville.
Il y a de nombreux précédents depuis le début du conflit syrien : à Homs en 2014, à Daraya plus récemment et dans d’autres localités comme la Ghouta de Damas, où des accords de cessez-le-feu ont abouti, et où les combattants rebelles ont pu être évacués alors qu’ils étaient totalement encerclés. C’est encore faisable puisque la rébellion conserve des territoires où ces combattants pourraient se réfugier : dans la province d’Idlib, ou dans la province d’Alep.
Mais il y a au moins deux éléments qui font obstacle à cette solution négociée : d’abord la rapidité de cet effondrement militaire, qui ne peut qu’encourager le régime à poursuivre sur sa lancée. Ensuite, le contexte international avec la fin de la présidence Obama, et cette période de transition à la Maison Blanche qui laisse les mains libres en quelque sorte à la Russie et au régime syrien. Et il y a sans doute la volonté à Damas comme à Moscou d’en finir le plus vite possible, avant le mois de janvier, et d’en finir avec une victoire militaire. Même Ankara qui a soutenu les djihadistes se rend à l’évidence : rien n’empêchera l’avancée de l’armée syrienne, par même son opération baptisée « Bouclier de l’Euphrate » dont les prétentions ont fini par être revues à la baisse : porter l’estocade à Daech plus que la recherche du renversement du régime syrien.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus