The news is by your side.

Résistance civile au Soudan : L’armée tire sur la foule à Khartoum

ANCFCC-Large-1100×280-1
0 85

Des manifestants ont tenté jeudi de se diriger vers le palais présidentiel, à Khartoum, où un important dispositif sécuritaire avait été déployé. Des heurts ont éclaté dans plusieurs quartiers.
Selon un communiqué officiel de la police, un général de brigade est décédé cet après-midi dans le centre. Il a été « poignardé à mort par des manifestants », a précisé un porte-parole des forces de l’ordre, sans plus de précisions.
Selon une source côté manifestants, l’homme qui faisait partie des forces de sécurité a été attaqué alors qu’il marchait derrière un véhicule, près de la gare routière, dans un quartier de la ville qui se nomme Shawarni.
C’est la première fois que la police, qui fait régulièrement état de dizaines de blessés dans ses rangs, annonce la mort d’un de ses généraux. Mais du côté des manifestants, il y aurait à nouveau eu de nombreux blessés jeudi. Et au moins un mort confirmé par l’association des docteurs soudanais, qui rapporte que les forces de sécurité ont fait un usage excessif de la force, tirant non seulement des grenades lacrymogènes, mais également à balles réelles sur les manifestants. Depuis le 25 octobre, l’association des médecins soudanais a ainsi constaté 64 décès parmi les contestataires.
Face à ces violences, les Nations unions tentent, depuis deux semaines, de faire revenir tous les acteurs à la table des négociations. L’émissaire de l’organisation internationale à Khartoum assure n’avoir eu « aucune objection » de la part des militaires alors que bon nombre de civils ont, pour leur part, rejeté l’idée d’un dialogue.

ANCFCC-Large-1100×280-1
ANCFCC-Large-1100×280-1
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.