Réunification de Chypre : Le projet tombe à l’eau

0
Les discussions se multipliaient depuis mai 2015 entre les deux représentants de l’île sous l’égide de Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’Onu, mais les négociations n’ont pas pu déboucher sur un accord. A Chardonne en Suisse, Nicos Anastasiades, président de la République de Chypre, et Mustafa Akinci, dirigeant de la République turque de Chypre du Nord (reconnue seulement par la Turquie), se sont séparés, mardi 22 novembre 2016 au matin, sans signer le moindre document conduisant à la réunification de l’île méditerranéenne.
« Malgré tous leurs efforts, ils n’ont pas été en mesure de s’accorder sur de nouvelles convergences nécessaires sur les critères d’ajustement territorial, qui auraient ouvert la voie à la dernière phase de négociations. Les deux parties ont décidé de regagner Chypre et de réfléchir aux moyens de continuer », indique un communiqué des Nations-Unies.
Pourtant, les deux parties se disaient prêtes à trouver un accord avant la fin de l’année 2016. Les discussions portaient en principal sur la création d’une fédération de deux Etats autonomes mais aussi sur des concessions territoriales, la spoliation des biens et le départ des troupes turques de la partie Nord.
« Nous ne sommes pas du tout contents et regrettons sincèrement qu’à cause de l’attitude turque il n’a pas été possible de compléter un processus prometteur », a souligné Nicos Christodoulides, porte-parole de Nicos Anastasiades. L’autre partie critique, elle, les « positions maximalistes ».
Aucune date pour une prochaine rencontre n’a été fixée. Chypre est divisée depuis 1974.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus