Rien ne va plus entre Washington et Pékin: Sur quoi débouchera la guerre économique ?

0 87
Rien ne va plus entre Washington et Pékin Sur quoi débouchera la guerre économique 

Le président chinois Xi Jinping a affirmé vendredi que la Chine désirait parvenir à un accord commercial préliminaire avec les Etats-Unis. Précisant que son pays « répliquerait » en cas de nouvelles sanctions américaines. La tension pousse H. Kissinger à y voir le prélude à une guerre totale.

« Nous répliquerons si nécessaire mais nous travaillons activement pour tenter d’éviter une guerre commerciale », a averti le Président Xi à Pékin devant d’anciens hauts fonctionnaires américains et d’autres responsables étrangers.
« Comme nous l’avons toujours dit, nous ne voulons pas déclencher une guerre commerciale mais nous n’en avons pas peur », a-t-il ajouté, alors que Chine et Etats-Unis s’imposent mutuellement depuis un an et demi des droits de douane punitifs sur un vaste éventail de produits d’importation.

Depuis le début de l’affrontement économique à la mi-2018, le président chinois s’est très rarement exprimé sur le sujet. Mais la tension est son comble avec les gesticulations de la force navale US au large des îles que les Chinois considèrent comme siennes. Et le pistage du nouveau porte-avions « made in China » qui vient de prendre la mer.

Les Etats-Unis menacent d’imposer de nouvelles sanctions commerciales sur les produits chinois au 15 décembre prochain si un accord « préliminaire » n’est pas trouvé d’ici là.
Le président américain Donald Trump a estimé mardi que Pékin n’avait pas encore offert suffisamment de concessions.

Selon le Wall Street Journal, Pékin a invité les négociateurs américains à se rendre en Chine pour une nouvelle série de discussions, mais ces derniers exigeraient au préalable des concessions chinoises.

« Nous voulons travailler en vue d’un accord préliminaire, sur la base du respect mutuel et de l’égalité », a assuré Xi Jinping, qui s’exprimait notamment face à l’ancien secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger, artisan du rapprochement avec la Chine dans les années 1970, et à l’ex-secrétaire au Trésor Henry Paulson.

H. Kissinger moins nuancé :

Invité au Bloomberg New Economy Forum, Henry Kissinger, ancien secrétaire d’État américain, estime que les États-Unis et la Chine se rapprochent d’une guerre froide.
Il a alerté que si rien n’était fait, les conséquences du conflit pourraient être pires que celles de la Première Guerre mondiale.

«C’est pour cela, à mon avis, qu’il est très important qu’une période de tension relative soit suivie par un effort explicite pour comprendre qu’elles sont des causes politiques et un engagement des deux côtés pour essayer de les surmonter. C’est loin d’être trop tard pour cela, parce que nous sommes toujours au pied d’une guerre froide», a expliqué H. Kissinger.

Kissinger estime que les États-Unis et la Chine sont plus puissants aujourd’hui que les États-Unis et l’Union soviétique à l’époque. De plus, étant donné que les deux pays sont les deux économies les plus importantes de la planète, en proie à une longue guerre commerciale, ils se marchent inévitablement sur les pieds un peu partout sur la surface du globe.
«Il est donc essentiel de discuter de nos objectifs mutuels et de tenter de limiter l’impact des conflits. Si on laisse le conflit se détériorer, le résultat pourrait s’avérer encore pire que ce qui s’est passé en Europe. La Première Guerre mondiale a éclaté parce qu’une crise relativement mineure ne pouvait pas être maîtrisée», a-t-il souligné.

Henry Kissinger, âgé de 96 ans, espère que les négociations commerciales ouvriront des discussions politiques entre les États-Unis et la Chine.
«Tout le monde sait que les négociations commerciales, qui, je l’espère, réussiront et dont je soutiens le succès, ne peuvent être qu’un début modeste pour une discussion politique qui, je l’espère, aura lieu.»
De plus, l’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis pense que la crise qui a éclaté à Hong Kong peut être résolue et espère qu’une solution sera trouvée à travers des négociations.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus