The news is by your side.

Riyad veut toujours le parapluie US : T. Al Fayçal s’en fait l’avocat

0 196

Interrogé jeudi par la chaine satellitaire américaine CNBS, concernant les besoins du Moyen-Orient suite aux répercussions du mouvement taliban, T. Al-Faisal a répondu que « nous devons réaffirmer l’engagement américain » sachant que les États-Unis, qui ont intensifié leur présence militaire en Arabie saoudite en 2019, ont déployé deux batteries de missiles Patriot à la suite d’attaques contre les installations pétrolières du pays, et Washington avait accusé l’Iran bien que Téhéran ait nié les accusations.
« Le retrait des missiles Patriot du royaume ne soutient pas l’intention déclarée des États-Unis d’aider l’Arabie saoudite à se défendre contre des ennemis extérieurs», a ajouté l’ancien responsable saoudien qui « espère que les États-Unis affirmeront leur engagement à faire tout ce qui est nécessaire pour nous aider ».
Le prince saoudien a souligné que son pays « préfère s’appuyer sur les États-Unis, mais a demandé un autre soutien pour renforcer ses défenses aériennes contre les attaques de l’Iran et des Houthis ». T. Al-Faisal a noté que « les États-Unis devraient sérieusement envisager de démontrer leur soutien au Moyen-Orient aujourd’hui, surtout après retrait chaotique des États-Unis d’Afghanistan, qui a entraîné la crise actuelle à Kaboul ».
Plusieurs médias ont rapporté en juin que le Pentagone avait décidé de retirer les systèmes de défense aérienne du Moyen-Orient, y compris les batteries de missiles Patriot déployés dans le Royaume wahhabite. Cette sortie de l’ex-patron des services saoudiens intervient à l’heure où bien des observateurs s’interrogent sur l’exclusion de l’escale saoudienne de la récente tournée du ministre américain de la Défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.