The news is by your side.

RNI vs journalistes : H. Bakour entendue par la police

0 415

«Le Rassemblement national des indépendants a choisi de faire de moi la première citoyenne et la première femme journaliste à poursuivre dans le cadre de son cours de «rééducation» (des Marocains, ndlr)», a lancé Hanane Bakour, en allusion aux propos tenus par le président du RNI et actuel chef du gouvernement, Aziz Akhannouch en décembre 2019.
Elle a rappelé que ses «positions exprimées n’affecte aucune partie ni personne, ni par injure ni diffamation». «C’est le droit de toute personne ou entité de recourir à la justice si elle s’estime victime d’une injustice… mais personne n’a le droit de nous intimider et de nous refuser la bénédiction et le droit de parler, sous quelque prétexte que ce soit», affirme la journaliste, en soulignant qu’elle «défendra» son droit de parler et de s’exprimer.
Ceux qui croyaient que le dossier allait être enterré une fois la fièvre électorale tombée se trompent. Le dossier qui s’ouvre ne manquera certainement pas de drainer la solidarité de la corporation avec une journaliste qui n’a fait que s’exprimer sur les conditions de vote pour la présidence de la région de Guelmim Oued Noun alors qu’un candidat était entre la vie et la mort… Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.