Le Roi en tournée africaine : Repousser la barrière de la francophonie

L’enracinement africain du Maroc prend une autre dimension avec le nouveau pli de la « Jet-diplomacy » dynamisée depuis quelques temps par la monarchie. Après l’Afrique francophone, le Roi se rendra au Rwanda, en Tanzanie et en Éthiopie, pour s’assurer de nouveaux soutiens qui comptent dans le dossier saharien, le Maroc ayant soumis récemment une demande d’intégration à l’Union Africaine, et promouvoir, dans la lancée, des projets économiques sous le label de la coopération sud-sud. Désormais, la barrière linguistique a tendance à être repoussée au profit d’affinités politico-économiques réaffirmées par un Maroc décidé à jouer un rôle plus important dans le raffermissement d’une coopération multisectorielle. Rabat se veut plus pragmatique que par le passé dans sa démarche et n’entend nullement laisser échapper les chances dont il dispose sur le Continent et dont le retour au sein de l’organisation panafricaine devrait acter comme un triomphe.
C’est probablement après l’ouverture de la prochaine session du Parlement le vendredi 14 octobre, que la tournée royale dans ces pays de l’Est africain, alliés à la thèse algérienne, devrait débuter. Le planning du voyage, non encore officiel, comprendrait le Rwanda, la Tanzanie et probablement l’Éthiopie, dont la capitale Addis-Abeba abritera le sommet de l’Union africaine (UA) en janvier.
Mohammed VI qui jouit d’un crédit grandissant parmi les peuples africains prône un discours d’union face aux dangers qui guettent l’Afrique tout en incitant les chefs d’États africains à prendre conscience de la politique calamiteuse du colonialisme et à s’unir pour assurer leur propre développement et changer eux-mêmes leur destin.
Il y a lieu de rappeler que le rapprochement avec les pays de l’Est africain avait démarré avec l’accueil de Paul Kagamé, président rwandais, à Rabat, en juin dernier. Avec la Tanzanie et le Kenya, les Marocains ont procédé à un échange d’amabilités afin de préparer une tournée royale. La chef de la diplomatie tanzanienne, Augustine Mahiga, a été reçue à Rabat en avril dernier alors qu’avec le Kenya, la Royal Air Maroc a inauguré, en mars dernier, son premier vol régulier reliant Casablanca à Nairobi.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus