Le Roi en visite d’Etat en Zambie : Réchauffement d’ampleur entre Rabat et Lusaka

0
L’agenda royal reste ouvert sur l’Afrique. Rien de plus normal au regard de la nouvelle dynamique enclenchée par le Maroc au niveau du Continent depuis que Rabat a décidé, depuis juillet dernier, de réintégrer l’organisation panafricaine. Une offensive savemment dosée puisqu’en marge du Sommet de Kigali, pas moins de 28 Etats africains s’étaient exprimés en faveur d’un tel retour, en co-signant une motion ad hoc. Depuis, une demande officielle a été remise, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, par un conseiller royal à la Secrétaire générale de l’Union Africaine. Et le Roi Mohammed VI a occupé les devants de la scène continentale à travers un chassé croisé diplomatique des plus intenses. Une multitude de visites d’Etat dans plusieurs capitales (de Kigali à Abuja, en passant par Antananrivo, Dakar… ) ont permis au Maroc de renouer avec des pays africains qui, naguère, ne faiaisaient pas partie de son hinterland. Aujourd’hui, le roi est attendu le 9 décembre à Lusaka pour une visite de trois jours en Zambie, nouvelle étape de sa tournée en Afrique sub-saharienne. Une visite qui intervient après la prise de fonction de Saadia El Alaoui, nouvelle ambassadrice du Royaume dans ce pays. Reçue par le président Edgar Lungu le 5 décembre. le chef d’Etat zambien a loué l’état des relations « cordiales » entre les deux pays basés sur « une amitié forte, le respect mutuel, et une coopération bilatérale ».
C’est donc pour donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales que le Souverain fera escale à Lusaka. La Zambie qui se trouve être un acteur majeur de la COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) a retiré son soutien à la RASD depuis juillet dernier. Plus, ce pays a avalisé le come back du Royaume à l’U.A en appuyant, avec 27 autres pays membres, « la décision du Royaume du Maroc […] d’intégrer l’Union africaine » et en affirmant sa volonté « d’agir en vue de la suspension, prochaine, de la « république arabe sahraouie démocratique » des activités de l’Union Africaine, et de tous ses organes, afin de permettre à l’UA de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement, aux efforts de l’ONU, pour un dénouement définitif au différend régional sur le Sahara ». C’était à l’occasion du 27e sommet tenu à Kigali les 17 et 18 juillet dernier à Kigali. C’est donc dans un pays ami que le Roi est attendu pour de franches et fructueuses discussions avec le Président Lungu qui, faut-il le rappeler, avait pris part, à Marrakech, au sommet des chefs d’états africains qui s’est tenu en marge de la COP 22.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus