S. E El Othmani entame les tractations: 48 heures chrono

0
Le style, dit-on, c’est l’homme. Les Marocains n’ont pas tardé à le constater en faisant le distinguo entre l’approche d’A. Benkirane et celle de son successeur, Saâd Eddine El Othmani, es qualité de chefs du gouvernement désignés. Le premier fut plus brouillon dans sa démarche alors que le second a choisi de mieux communiquer sur ce qu’il compte faire. Détaillant l’agenda de ses consultations préliminaires qui démarrent, comme annoncé ce mardi, par une série de rencontres avec les leaders des partis politiques représentés à la Chambre des représentants. La première manche devant s’achever dès mercredi. Pour rendre l’info plus fluide et moins mystérieuse, il s’est attaché les services d’un porte-parole qui n’est pas inconnu du bataillon. C’est désormais Mustapha El Khalfi, membre du secrétariat général du parti de la Lampe, qui a organisé une première conférence de presse au cours de laquelle il a indiqué que ces audiences respecteront l’ordre de représentativité de chaque parti sur la base des résultats du scrutin du 7 octobre 2016. Jusque là, le calendrier est clair.
Ce mardi matin, S.E El Othmani a démarré ses rencontres avec une délégation de l’Istiqlal conduite par Hamdi Ould Errachid et Mohamed Soussi, inspecteur général du PI. Exit donc Hamid Chabat, tête d’affiche istiqlalienne fort controversée. Le chef du gouvernement désigné rencontrera également Aziz Akhannouch et Mohamed Sajid, respectivement leaders du RNI et de l’UC. Et poursuivra ses tractations en recevant, dans la soirée, Ilyas El Omari, SG du PAM. Celui-ci a demandé à être reçu dans la soirée en raison de ses engagements à Tanger. Le lendemain, ce sera au tour de Mohand Laenser du MP, suivi de Driss Lachgar de l’USFP et de Nabil Benabdellah du PPS, d’être les hôtes d’El Othmani.
La première lecture que suggère un tel agenda est que l’effet El Othmani s’avère d’ores et déjà perceptible. En 48 heures, le tour de piste sera achevé. Avec la présence notable du PAM qui, faut-il le rappeler, s’était empressé de décliner toute discussion avec A. Benkirane à l’issue des législatives d’octobre. Autre élément nouveau, dans le programme des consultations d’autres partis tels le MDS de Abdessamad Archane et la FGD de Nabila Mounib, ont été écartés. Y aura-t-il un deuxième tour de piste où le choix fait par le chef de gouvernement désigné est définitif ?

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus