Sebta prise d’assaut par des immigrés: A la veille de la manif de Barcelone…

0
Vendredi 17 février 2017 à l’aube, quelque 500 migrants ont réussi à franchir la clôture de six mètres de haut séparant le Maroc de l’enclave occupée de Sebta. La cité sous occupation espagnoles est régulièrement assaillie par des immigrés en provenance de l’Afrique subsaharienne. Sitôt la clôture franchie, les immigrés en transit se retrouvent sur un territoire de l’Union européenne et peuvent ainsi déposer une demande d’asile pour rejoindre, in fine, le continent européen. En janvier dernier, lors du jour de l’an, un millier d’entre eux avait tenté de forcer le passage vers Sebta mais la grande majorité avait été repoussé par les forces de l’ordre.
La veille, jeudi 16 février 2017, cinquante-neuf migrants subsahariens (47 hommes, 11 femmes et 1 bébé) partis du Sahara occidental ont été recueilli en mer par les secours maritimes espagnols entre les Canaries et la côte marocaine. Une autre embarcation en difficulté dans le détroit de Gibraltar et se dirigeant vers la ville de Cadiz a elle été interceptée par une patrouille marocaine. Deux personnes ont été sauvées et neuf portées disparues.
Cette recrudescence des assauts contre la clôture sebtie intervient, rappelle-t-on, à la veille d’une grande manifestation organisée à Barcelone réclamant plus d’assouplissement pour l’accueil des réfugiés.
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a recensé 13 246 arrivées de migrants – dont 8 100 par la mer – en Espagne en 2016. Selon l’agence intergouvernementale basée à Genève en Suisse et rattachée depuis septembre 2016 aux Nations Unies, 38 morts (sur 1 331 arrivées de migrants dont 331 par voie terrestre) ont été recensés entre l’Espagne et le Maroc depuis le début de l’année 2017 (au 31 janvier).
Du 1er janvier 2017 au 8 février 2017, 258 migrants ont péri en voulant traverser la mer Méditerranée contre 416 sur la même période en 2016.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus