Selon Barclays : Le Brexit profitable aux « textiliens » du Maroc

Au moment où le débat autour de l’impact du Brexit sur le Maroc, notamment en termes des échanges de biens, services et des investissements directs, ne cesse de prendre de l’ampleur, des informations en provenance du Royaume-Uni laissent entendre que le Brexit ne porte pas que des menaces, mais aussi des opportunités. Si à l’aune du rétablissement des droits de douane entre les deux pays, certains observateurs craignent une certaine baisse des échanges commerciaux entre les deux pays, il faut dire que de l’autre côté la nouvelle situation incite les industriels britanniques à se tourner vers des fournisseurs marocains au détriment des traditionnels fournisseurs européens. C’est, en substance, ce qui découle d’une enquête menée par la banque britannique Barclays et l’agence de recherche américaine Conlumino. Cette enquête qui souligne que le Brexit profiterait à l’industrie textile Marocaine, précise que le Royaume remplit les trois critères que recherchent les industriels Britanniques ; proximité géographique, qualité des produits et flexibilité des opérateurs.
Ladite étude conclut que le Brexit fera émerger de nouveaux marchés pour les marques britanniques en précisant que le Maroc se place en tête, dépassant ainsi les fournisseurs asiatiques ( Chine, Cambodge, Pakistan, Myanmar).
A noter que la balance commerciale entre le Maroc et la Grande-Bretagne s’affiche déficitaire au détriment du Royaume. En 2015, les exportations du Maroc vers le Royaume-Uni sont estimées à 6,01 milliards de dirhams, alors que les importations de ce pays se sont chiffrées à 7,99 milliards de dirhams à fin 2015, soit un solde commercial estimé à 1,98 milliard de dirhams e, 2015, selon les chiffres de l’Office des changes.
Ces volumes font de la Grande-Bretagne le 7ème client et le 15ème fournisseur du Maroc. Ce dernier reçoit 1% des investissements britanniques dans le monde.
Par ailleurs, il est attendu que la Grande-Bretagne et le Maroc, qui possède un statut avancé avec l’UE, négocieraient prochainement de nouveaux accords commerciaux.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus