Sombres perspectives pour la “génération confinement”

D’après une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT), une personne de moins de 29 ans sur six a cessé de travailler à cause de la crise sanitaire. L’agence onusienne redoute, dans un rapport dévoilé mercredi l’émergence d’une « génération confinement » qui resterait en grande difficulté pendant une décennie.

0 5 410
Sombres perspectives pour la “génération confinement”

Les jeunes étaient déjà la catégorie de la population la plus affectée par le chômage avant la pandémie, avec 13,6% de taux de chômage dans le Monde, même si ce chiffre peut varier du simple au double selon les pays. Cependant, le pire est à craindre après le Covid-19 puisque la crise perturbe leurs études, et elle menace aussi leurs chances d’obtenir un emploi ou d’en changer, précise l’étude de l’OIT. 

« En même temps que nous sortirons de la pandémie, des jeunes vont être laissés au bord du chemin et dans de larges proportions », s’inquiète le patron de l’OIT Guy Ryder. Le danger c’est que ce choc pour l’emploi des jeunes va durer pendant une décennie, voire plus. « Les conséquences se feront sentir pendant toute leur vie professionnelle : ils seront marqués à vie par les effets de la pandémie », laisse-t-il entrevoir.

Bien sûr, il y a l’enseignement à distance et le télétravail, mais peu de pays en voie de développement sont en mesure de les proposer. Les trois quarts des jeunes occupent par ailleurs un emploi informel, un chiffre qui atteint 90% en Afrique.

D’où l’importance, rappelle l’OIT, pour les pays de tester massivement et d’isoler les porteurs du virus, pour réduire au maximum les mesures de confinement et l’impact sur la vie socio-économique des plus fragiles.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus