Soulèvement pour Al-Qods à Gaza: Tel-Aviv veut censurer un documentaire de France 2 !

0 39

Un vendredi de colère de plus dans la bande de Gaza. La mobilisation des Palestiniens à la frontière avec l’entité sioniste continue sous le signe de la sauvegarde d’Al-Qods. Ville Sainte que l’administration US a choisi pour y transférer son ambassade tout en reconnaissant l’extension de la souveraineté israélienne sur la cité dont la zone Est devait abriter la capitale de l’Etat de Palestine, conformément aux négociations de paix (processus d’Oslo entre autres) aujourd’hui enterrées. Les manifestants qui prennent d’assaut les barbelés dressés par l’armée israélienne seront de nouveau confrontés aux tirs à balles réelles et aux bombes lacrymogènes. Il faudra s’attendre à ce que le bilan des morts et des blessés s’alourdisse parmi les civils palestiniens. Un drame de plus que les Palestiniens doivent supporter pour que triomphe leur rêve de retour inconditionnel à leur terre spoliée par Israël.

Mais au-delà de la guerre ouverte que nous renvoient les images en provenance de la bande de Gaza, une autre plus sournoise est menée par Tel-Aviv pour masquer ses crimes. Comme c’est le cas des pressions exercées aujourd’hui sur la chaine de télé française France 2 pour l’empêcher de diffuser le soir du 11 octobre de l’enquête d’Envoyé Spécial «Gaza, une jeunesse estropiée». L’ambassade d’Israël en France et le CRIF montent au créneau pour « criminaliser » un reportage dont ils affirment dans un bel ensemble qu’il «véhicule la haine d’Israël».

«Quel avenir pour ces jeunes Gazaouis amputés d’une jambe par des tirs de soldats israéliens lors d’une « marche du retour » ? C’est la question qu’a choisi de poser l’émission Envoyé Spécial diffusée ce 11 octobre au soir sur la chaîne France 2. Un sujet dont la bande-annonce, diffusée sur les réseaux sociaux, a attisé l’ire de l’ambassadeur d’Israël en France. Aliza bin Noun, a ainsi interpellé, dans un courrier, la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte afin de réclamer l’annulation pure et simple de la diffusion du reportage Gaza, une jeunesse estropiée. En solidarité avec nos confrères de France 2, nous reproduisons le dit reportage d’Yvan Martinet, Olivier Gardette et Mélanie Laporte… Il est assez édifiant sur « la démocratie israélienne » qui représente une « singularité » dans la vaste région du Proche et Moyen Orient.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus