Sous nos cieux, les industries culturelles dominées par les hommes

Une « capsule » peut elle faire la différence dans un pays où le machisme est structurel ? En tout cas, elle contribue à jeter une lumière crue sur l’inégalité qui prévaut dans le secteur des industries culturelles. Un palier de franchi sur la voie de la sensibilisation. 

Dans le cadre du projet ‘’Le cinéma plateforme pour l’éducation aux droits de l’Homme et à la citoyenneté’’ (2018-2020), l’ARMCDH a choisi l’approche « genre » pour se focaliser sur le secteur de l’industrie cinématographique marocaine en lançant la quatrième capsule de sensibilisation de quatre minute, sur l’égalité femmes-hommes au sein de l’industrie cinématographique marocaine, réalisée sur la base d’une étude menée par l’Association démocratique des Femmes du Maroc (ADFM) avec l’appui de l’UNESCO.

Compte tenu de son poids culturel, social et économique, le cinéma peut jouer un rôle déterminant sur la perpétuation des inégalités fondées sur le genre et sur le risque de s’en tenir à une vision traditionnelle de ce qu’est la  »qualité », aussi bien à l’écran (en images) qu’hors écran (accès à l’industrie). 

Les femmes, minoritaires dans les postes stratégiques des administrations et des entreprises culturelles, sont parfois écartées de certaines fonctions artistiques. L’invisibilité de la production artistique féminine marocaine passée et présente appuie l’impression que peu de femmes existent dans le secteur.
Ces inégalités fondées sur le genre sont identifiées à tous les niveaux : Disparités salariales, plafond de verre, moindre distribution des contenus créés par les femmes, pour n’en citer que quelques-unes…

Une réalité qui transparaît à travers quelques chiffres mis en évidence. Ainsi, les femmes représentent 11, 3 %  des Comités de direction et organes de décision des organisations professionnelles dans le milieu du cinéma contre 88, 7 % pour leurs homologues masculins. Plus,
parmi 18 festivals organisés 2 femmes seulement sont présidentes. Pis, les réalisatrices ont reçu 31 MDH d’avance sur recettes contre 301 MDH pour les cinéastes masculins.

S’adressant à toutes les acteurs et actrices de ce secteur, directement ou indirectement liées, qu’il s’agisse d’institutions, de jurys ou de commissions de sélection, d’ONG ou d’universités, cette capsule de sensibilisation à la problématique de l’égalité femmes-hommes au sein de l’industrie cinématographique marocaine vise, en premier lieu, à interpeller l’opinion publique et créer une mobilisation collective mais aussi à encourager la recherche et les études sur les inégalités de genre dans ce secteur ainsi que toutes les initiatives favorisant la collaboration ou les partenariats entre les différentes parties prenantes.

La réalisation de cette capsule vidéo a été rendue possible grâce à la collaboration de partenaires engagés et convaincus de l’importance de la sensibilisation aux questions liées à l’égalité femmes-hommes au sein de l’industrie cinématographique et sans qui ce projet n’aurait pu se concrétiser.
Le projet est financé par l’Union européenne, l’ambassade des Pays-Bas et le ministère de Justice. Elle est disponible sur les pages YoutubeFacebook et Twitter de l’ARMCDH.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus