Subventionnement des fédérations sportives: Le CMIS saisit le président de la Cour des Comptes

Le Centre Marocain de l’Intelligence Sportive (CMIS) a saisi le président de la Cour des Comptes pour sonner le tocsin à cause des irrégularités qui entachent le subventionnement des fédérations sportives par le ministère de la Jeunesse et des Sports. 

0
Subventionnement des fédérations sportives: Le CMIS saisit le président de la Cour des Comptes

Dans un courrier officiel adressé au président de la Cour des Comptes, Driss Jettou, le Centre Marocain de l’Intelligence Sportive déplore ‘’l’absence de critères pour répartir les subventions financières aux fédérations sportives.’’ Pourtant selon le CMIS, ‘’la Cour des Comptes a déjà recommandé dans son rapport de 2019 de décréter ces critères’’.

Le CMIS rappelle dans son courrier que ‘’le ministère de la Jeunesse et des Sports finance les fédérations sportives sans qu’elles soient habilitées à l’instar des fédérations du Golf, de l’Athlétisme et du Football’’.

Et d’ajouter que ‘’le ministère de la Jeunesse et des Sports donne un blanc-seing aux Comités Provisoires, désignés pour gérer et réguler les fédérations sportives défaillantes’’. Pis encore, ‘’Les Comités Provisoires n’ont jamais rendu les comptes en narguant le principe de la responsabilité et de la reddition des comptes.’’

Le cas récent de la Fédération Marocaine de Basketball est révoltant. Le Comité Provisoire poursuit le président écarté devant le tribunal des délits financiers à Rabat en l’accusant de détournements de fonds et de dilapidation de deniers publics, provoque une Assemblée Générale grossière de par son ordre du jour antistatutaire, reconduit à la tête de la FRMBB, un président inéligible et sans quitus et s’exonère de la présentation du bilan financier estimé à plus de 14 millions de dirhams.

Et c’est la raison pour laquelle le Tribunal de Première Instance a suspendu la tenue de la prétendue Assemblée Générale.

En tout cas, la Cour des Comptes a été saisie par le Centre Marocain de l’Intelligence Sportive. Il appartient à cette institution constitutionnelle de recadrer le ministre de la Jeunesse et des Sports en le mettant en demeure. Comme disait le Général de Gaulle :’’La Réforme oui, la chienlit, non’’.  

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus