The news is by your side.

Le succès de la grève pimente la course aux législatives

0 37
« La grève fut un grand succès au niveau des administrations et des collectivités locales », affirment mardi, à midi, les syndicats. D’après un communiqué conjoint de l’UMT, CDT, FDT, UGTM et le SNESup, le taux de participation à cette grève a été de 83,72% au niveau des ministères et des administrations publiques. Au moment où un communiqué de l’UMT parvenu à Perspectives n’annonce rien que 72,83%. Pour ce qui est des collectivités locales, le communiqué conjoint indique que ce taux s’est élevé à 94% en précisant que la grève a été « une réussite totale (100%) au niveau des collectivités locales de Casablanca, Rabat, Oujda, El Hoceima, Nador, Ouarzazate, Béni Mellal … ». Interpellé à ce propos, le secrétaire général de la Fédération démocratique du travail, Abderrahmane El Azzouzi, nous a confié que « ce taux a été de plus de 60% dans le secteur de l’Education nationale avec des degrés divers entre l’enseignement primaire et secondaire et qu’il a excédé les 88% dans les collectivités territoriales ».

Tout en insistant sur le fait qu’il s’agit de chiffres qui ne sont pas encore définitivement arrêtés, A. Azzouzi a souligné que « la grève connaît un grand succès ». Quant aux résultats de ce débrayage, sur lequel le gouvernement n’a pas encore réagi, A.Azzouzi s’est montré très pessimiste. « Le gouvernement campe sur le même comportement à l’égard de la classe ouvrière. L’ignorance et l’entêtement demeurent les mots d’ordre de l’Exécutif », disait-il.
Les syndicats qui affirment que ce débrayage a connu « l’adhésion de l’ensemble des travailleuses et travailleurs des secteurs publics, semi-publics et privés, et ce, à titre d’exemple, dans les ministères de la Santé de l’Education nationale, de l’Agriculture et de la Pêche maritime, de L’Economie et des finances, de l’Equipement et Transport, de l’Energie et des mines … ce qui reflète, selon eux, « l’ampleur de la déception des fonctionnaires et le degré de la grogne sociale », s’interrogent sur la capacité du gouvernement à « assimiler la leçon ». Allusion est ainsi faite au gel du dialogue social. « Le gouvernement saura-t-il tirer les enseignements d’un tel mouvement et rouvrir de réelles négociations à propos des dossiers qui nécessitent un traitement urgent, sans procrastination ni atermoiement ?».
Il est attendu que la réponse à ces questions ne tardera pas à venir. D’autant que le Chef du gouvernement, Abdalilah Benkirane, devait répondre, en séance plénière, aux questions orales relatives à la politique générale du gouvernement.
Les multiples déclarations faites par A. Benkirane assuraient que les grèves ne vont pas résoudre les problèmes et qu’il ne va pas revenir sur la réforme des régimes des retraites malgré les pressions politiques et syndicales de l’opposition ». Selon plusieurs observateurs, « la position du gouvernement aura certainement un impact sur les prochaines législatives ». Et ce ne sont pas les syndicalistes qui les démentiront.
Notons par ailleurs que cette grève a connu l’adhésion à la dernière minute de l’Organisation démocratique du travail (ODT) qui relève désormais du PAM et de la FDT section Abdelhamid Fatihi (FDT, proche de l’USFP). Cependant, leur adhésion n’a pas reçu écho de la part du front syndical qui dans son communiqué n’a pas évoqué leur participation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.