The news is by your side.

Tel-Aviv balise la voie pour Ankara : En l’appelant à condamner les représentations du Hamas

0 165

Dans un message adressé à la Turquie, Y. Lapid a écrit que « les bureaux du Hamas à Istanbul doivent être fermés. Nous devons empêcher les actes terroristes criminels contre les citoyens israéliens où que ce soit et dans n’importe quelles circonstances ». Selon des sources du Hamas citées par le journal à capitaux saoudiens al-Charq al-Awsat, Ismail Haniyeh chef du bureau politique de cette organisation, et Salah al-Aarouri, son adjoint, sont installés en Turquie ces temps-ci, alors que d’autres responsables ont choisi de vivre au Qatar et au Liban.
Israël qui poursuit la colonisation de la Cisjordanie occupée au mépris du droit international qualifie les opérations de résistance « d’actes terroristes ». « Ce n’est pas seulement Israël qui doit œuvrer contre le terrorisme du Hamas mais la Communauté internationale en entier a le devoir de le faire aussi… Tous les pays du monde doivent faire comme la Grande Bretagne et interdire le Hamas », a ajouté le responsable sioniste.
Londres a récemment classé le mouvement de résistance palestinien sur sa liste d’organisations terroristes et menacé d’emprisonnement ceux qui le soutiennent. Une mesure qui vise à réprimer toute action de soutien aux droits du peuple palestinien dans ce pays qui a contribué à l’implantation de l’entité sioniste en usurpant la Palestine.
Selon i24 news, la demande de Y. Lapid a été formulée après la présumée découverte par le Shin Bet d’une cellule du Hamas qui aurait pris ses prescriptions de la part des dirigeants du Hamas en Turquie. « La cellule a pris ses prescriptions de Salah al-Aarouri, le vice-président du Hamas, et de la part de détenus libérés en Turquie, au Liban et à Gaza », rapporte le site.
Un certain rapprochement a été opéré ces derniers temps entre la Turquie et l’entité sioniste, avec la libération d’un couple d’Israéliens qui ont été arrêtés pour avoir pris en photo le siège du président turc à Ankara. Les médias israéliens ont avancé que leur libération a été possible grâce à l’intervention personnelle du président turc Recep Tayyip Erdogan. Par la suite il y a eu un appel téléphonique entre ce dernier et le président israélien Itzhak Hertzog au cours duquel il a fait part que les relations de son pays avec Israël étaient nécessaires pour la stabilité du Moyen-Orient, toujours selon les médias israéliens.
Un rapport publié en janvier 2021 par le site Ynet a indiqué qu’Israël conditionne la normalisation des relations avec la Turquie à l’arrêt des activités du Hamas dans ce pays. Le ministère des AE avait alors exigé la fermeture des bureaux du Hamas pour rétablir les liens avec Ankara et y restituer l’ambassadeur israélien qui l’a quitté en 2018. En 2020, la Turquie avait accordé la nationalité turque à 12 membres du Hamas, mettant les responsables israéliens en colère.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.