Tension entre Rabat et washington

0 103

The failure…

La tension reste vive entre le Maroc et les Etats Unis d’Amérique sur la gestion diplomatique du dossier saharien. A Washington, on tente de minorer les différends qui rendent les relations tendues avec Rabat, comme le laissent filtrer des déclarations faites par des responsables de l’administration US. Et à réaffirmer la prise en charge des préoccupations marocaines par les responsables américains. C’est dans ce cadre qu’il faudra placer la saillie d’Anthony Blinken, secrétaire d’Etat adjoint, lors d’un hearing au congrès, Présidée jeudi dernier, à Washington, par Ilena Ros-Lehtinen, Présidente de la sous-commission des Affaires étrangères pour la région Mena à la Chambre des Représentants. Ce responsable de la diplomatie américaine a déclaré que les Etats Unis oeuvrent « afin que la résolution (sur la MINURSO) réponde aux préoccupations du Maroc. C’est bien là où nous voulons arriver”. Le Maroc, selon le numéro 2 du Département d’Etat, est “l’un de nos partenaires les plus proches dans la région MENA et sans doute dans le monde”. N’empêche, cette position est loin d’être unanime au sein de l’administration US. L’entourage proche d’Obama compte aussi des adversaires avérés de la marocanité du Sahara. Et ce n’est un secret pour personne que de rappeler le rôle assumé, il n’y a pas si longtemps de cela, par l’une des conseillères du locataire de la Maison Blanche pour les affaires de sécurité, Susan Rice. L’ex-représentante des USA au conseil de sécurité ayant « enfanté » l’idée d’extension de la mission de la Minurso pour englober aussi les droits humains.
On pourrait même aller plus loin dans l’analyse en considérant que dans certains cercles décisionnels à Washington, d’autres milieux ne partagent pas les errements de l’administration Obama dans ses relations avec le Royaume. Parallèlement au département d’Etat US, on pourrait aussi considérer que le Pentagone développe d’autres points de vue à l’endroit du Maroc. Ce qui transparait via une symbolique de taille exprimée lors des dernières manœuvres militaires conjointes organisées dans la zone Sud. Lors du récent « Africain Lion », les soldats US arboraient sur leur uniforme un écusson formé de la carte marocaine qui s’étire de Tanger à Lagouira.
N’empêche, il faut croire que « la faille » dans les relations maroco-émricaines est bel et bien présente. Ce qui met à rude épreuve l’action de la diplomatie marocaine qui suit de près l’évolution du dossier du Sahara au niveau des Nations Unies. La diplomatie US n’ayant pas fait grand cas de l’ouverture du Maroc qui a pris les allures de l’offre d’autonomie alors que ses représentants ferraillent pour le retour inconditionnel de la composante civile de la Minurso pour assumer les tâches qui lui incombent. Rude est la bataille engagée autour de cette épineuse question. Et on comprend que le vote sur la résolution concernant la Minurso qui devait avoir lieu jeudi 28 avril ait été finalement repoussé au vendredi 29 avril… Le Maroc devant rester conséquent avec lui-même en rappelant le caractère suranné d’une telle mission qui avait pour objectif de préparer les conditions pour le succès du processus référendaire. Un processus qui a abouti, au fil des ans, à l’impasse.
 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus