The news is by your side.

Terres rares : Le Burundi suspend l’activité de minières internationales

Le gouvernement burundais a annoncé la suspension des activités de sept sociétés minières internationales en raison de "nombreux manquements" au code minier.

0 101

« Cette décision a été prise en raison de nombreux manquements (…) L’État, propriétaire du sol et des minerais, n’en tire pas de profit comme il devrait », a expliqué le ministre burundais des Mines, Ibrahim Uwizeye, dans une lettre envoyée à ces entreprises.
Le ministre a estimé que les conventions actuelles sont « déséquilibrées », soulignant que le gouvernement veut établir des accords « gagnant-gagnant » avec les sociétés minières opérant dans le pays. »Nous voulons renégocier toutes ces conventions au profit du peuple car ces minerais doivent servir à financer le développement du pays », a-t-il insisté.
L’une des entreprises visées opère à Gakara, l’une des plus importantes mines au monde pour les terres rares, des composants clé dans les produits de haute-technologie.
Le ministre a affirmé que le Burundi demandait une répartition plus équitable des revenus de Gakara et a demandé aux entreprises de suspendre les exportations de concentrés de terres rares jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.
Le Burundi attend beaucoup de son secteur minier industriel, et plus particulièrement des terres rares, mais ses revenus ont jusqu’ici été moins importants qu’attendus.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.