Territoires occupés : L’armée israélienne exécute, dans l’impunité, les Palestiniens

La ville d’El Khalil, au sud de la Cisjordanie occupée, fief des colons israéliens les plus extrémistes, compte le plus grand nombre de jeunes Palestiniens tombés sous les balles assassines de Tsahal. Aïssa Taraira, âgé de 16 ans, a été assassiné à bout portant, au niveau d’un poste militaire israélien implanté près de l’entrée de la localité de Beni Naim, à l’est de la ville d’El Khalil. L’armée israélienne a prétendu que le jeune garçon avait tenté d’attaquer, avant hier, les soldats au couteau. Cette version a été remise en cause par des témoins oculaires qui affirment qu’il ne faisait que passer. Lundi en milieu de journée, un jeune citoyen est mort et un autre a été gravement blessé près de la mosquée d’El Khalil, au centre-ville, par des tirs de soldats israéliens.
L’intention de provoquer la mort s’explique par l’interdiction par les soldats auteurs des meurtres aux équipes médicales du Croissant-Rouge palestinien de fournir des soins aux blessés. Ils laissent les victimes à terre, gisant dans leur sang. Après s’être assurés de leur mort, ils les mettent dans des sacs en plastique noir et les emmènent vers des lieux inconnus. Ainsi, plusieurs Palestiniens âgés de 16 à 28 ans et un touriste jordanien ont été exécutés depuis vendredi.
Le président palestinien Mahmoud Abbas, tout en confirmant que certains des jeunes Palestiniens tués par l’armée d’occupation israélienne ont tenté des attaques à l’arme blanche, a néanmoins souligné que ceux-ci ont été poussés par le désespoir et que ce sont des actes isolés qui n’ont été commandités par personne. Pour les observateurs et les défenseurs des droits de l’homme, les soldats d’occupation israéliens pouvaient dans la plupart des cas neutraliser les jeunes Palestiniens sans avoir à les tuer.
Le ministère palestinien des Affaires étrangères a dit, dans un communiqué rendu public lundi, que le gouvernement israélien a accentué les mesures oppressives contre les citoyens palestiniens désarmés. Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a annoncé une série de mesures punitives en Cisjordanie occupée, particulièrement dans les gouvernorats d’Al Qods et d’El Khalil, parmi lesquelles une fortification des barrages militaires autour de la ville d’Al Qods occupée et sa vieille ville.
Il y a lieu de citer aussi l’intensification des opérations de fermeture des entrées des localités et villes palestiniennes par de grands blocs de ciment, en plus de l’augmentation du nombre de soldats d’occupation israéliens opérant dans les Territoires palestiniens occupés et la poursuite des activistes palestiniens sous le prétexte de la cessation de l’incitation palestinienne à la violence.
Le ministère palestinien des Affaires étrangères a dénoncé ces mesures répressives continues de l’occupation israélienne, considérant l’annonce par Netanyahu de ces mesures racistes comme une manière d’ajouter de l’huile sur le feu et représentant une large opération d’incitation contre les Palestiniens : «Ces mesures répressives destinées à pousser le peuple palestinien à lever le drapeau blanc et à accepter des solutions partielles et racistes échoueront comme toutes les précédentes.»
Il a demandé aux organismes internationaux et à la communauté internationale d’élever la voix et de mettre un terme à leur silence face à l’escalade et à l’arrogance israéliennes contre les citoyens palestiniens désarmés et de punir Israël pour ses mesures oppressives et ses crimes quotidiens. Le ministre palestinien les a également appelés à bouger rapidement pour sauver ce qui reste des occasions de paix, sur la base qu’une solution politique, ce qui est le choix le plus réaliste pour résoudre ce conflit.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus