Terrorisme en Syrie: Ben Laden « resuscité » par son fils

La nébuleuse terroriste « Al-Qaida » semble décidée à jouer la surenchère face à sa rivale connue sous le vocable « Etat Islamique ». Et pour ce faire, rien de mieux que de sortir de l’oubli le souvenir de son fondateur, auquel Al-Baghdadi a ravi la vedette depuis, en la personne de Hamza Ben Laden, son fils désormais âgé de 23 ans. Il ne faut pas y voir de coïncidence ! Le rejeton de son père, tué il y a cinq ans par un commando US au Pakistan, a appelé les djihadistes en Syrie à « unir leurs rangs » dans un message diffusé lundi dernier sur internet. Considéré un temps par les services de renseignements occidentaux comme le successeur probable de son père à la tête d’Al-Qaida, le jeune homme n’est pas apparu publiquement ou en vidéo depuis des années et l’endroit où il se trouve reste un mystère.
La publication de cet appel intervient au lendemain de la prise de parole de Ayman al-Zawahiri, ancien bras droit d’Oussama Ben Laden et actuel chef d’Al-Qaida. Le médecin égyptien plaide également pour la convergence des luttes djihadistes en Syrie mais se montre beaucoup plus critique à l’égard d’Abou Bakr al-Baghdadi et de l’Etat islamique (EI). Sur le terrain syrien, le Front Al-Nosra – désormais à la tête de Jaich-El Fatah (« L’Armée de la reconquête »), principale coalition de factions rebelles islamistes inféodés à Al-QAida, a repris l’offensive autour d’Alep à la faveur de la trêve fragile entre l’armée arabe syrienne et les forces rebelles.
Ce n’est pas la première fois qu’Al-Qaida met en avant le « fils favori » d’Oussama Ben-Laden, affublé du titre de « Prince héritier de la terreur ». En août 2015, dans un enregistrement audio de près d’une heure diffusé par « As-Sahab », média de l’organisation terroriste, il était présenté par Ayman al-Zawahiri comme « le lion d’Al Qaida » et appelait déjà les djihadistes à planifier « le plus grand nombre d’attaques douloureuses » contre l’Occident.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus