La thèse de l’attentat privilégiée par EgyptAir

La compagnie aérienne a confirmé jeudi 19 mai sur son compte Twitter que les débris de l’avion d’EgyptAir retrouvés près de l’île grecque de Karpathos sont bien ceux de l’appareil ayant disparu des radars quelques heures plutôt. «Le ministère de l’Aviation civile a reçu une lettre du ministère des Affaires étrangères égyptien confirmant la découverte de débris du vol MS804», indique EgyptAir, précisant que «des gilets de sauvetage et des morceaux de plastique» flottaient en mer. L’avion avait disparu dans la nuit de mercredi à jeudi avec 66 personnes à bord. Selon les autorités grecques, l’A320 a « chuté de 22.000 pieds », et a effectué « deux virages brutaux », avant de disparaître des radars. Le parquet de Paris a ouvert une enquête. Parti de Paris Roissy à 23h09 et devant arriver au Caire à 3h15, le signal radar de l’avion a été perdu 16 kilomètres après son entrée dans l’espace aérien égyptien, à 2h30. Il se serait écrasé au large de l’île grecque de Karpathos avec 66 personnes à bord, dont 15 Français. Pour l’heure, « aucune hypothèse ne peut être écartée sur les causes de cette disparition », a déclaré Manuel Valls. Mais « l’hypothèse terroriste serait la plus probable », selon le gouvernement égyptien.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus