The news is by your side.

THONS ROUGES

10

LES STOCKS DE THONS ROUGES D’ATLANTIQUE-EST ET DE LA MÉDITERRANÉE NE SONT PLUS MENACÉS. LES QUOTAS DE PÊCHE DEVRAIENT-ILS ÊTRE REVUS À LA HAUSSE ?

En l’espace de quelques années, les stocks de thon rouge de Méditerranée et d’Atlantique se seraient reconstitués. Cette espèce menacée il y a 10 ans, emblème de lutte contre la surpêche, a subi les fourches caudines d’un encadrement depuis 2007 : quotas abaissés, flottes réduites parfois de 70 %, contrôle effectif de l’ICCAT au niveau des thonniers et senneurs. Aucune prise n’est permise sauf lorsque le thon est âgé de 4 ans, ce qui garantit le renouvellement de la population. Si les stocks se sont considérablement améliorés, les scientifiques soutiennent manquer de recul pour affirmer qu’ils se sont reconstitués et jugent prématuré de relever les quotas de pêche, à moins évidemment que cette hausse soit graduelle et modérée, et ne menace pas la reconstitution du stock. La pêche pourrait passer de 13 500 T à 30 000 T. Le doublement de l’extraction inquiète, cependant, surtout que l’espèce reste fragile. Les pêcheurs de thon rouge dans le Pacifique, les Japonais surtout premiers consommateurs, ont vu leurs pêcheries s’effondrer en quelques années ce qui les a obligé de diviser leurs quotas par deux pour éviter que l’espèce malmenée ne devienne espèce en danger. En Méditerranée, la raréfaction du thon rouge au cours des 5 dernières années a poussé au triplement de son prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :