TOUT EST DANS LE SAC…

0 83

Une cabale de plus ! On roule les tambours et on fait valser les « taarija » et autres « derbouka ». Mais le pire, c’est que l’outrecuidance de quelques gardiens autoproclamés de la vertu les pousse jusqu’à charger les tribunaux, avec le tintamarre digne des tabourins surchauffés de nos troupes folkloriques. Vous l’auriez certainement deviné, mézigue en a vraiment marre de se payer, chaque mois, la vacuité de quelques cranes d’œufs qui se distinguent par les colliers de barbe que l’on sait. Et du coup, votre dévoué commence à exécrer tout le sabir vermoulu que des gorges chaudes éructent du haut de leurs minbars virtuels pour dénoncer les dérives de tel artiste ou telle bête de scène. Et le dernier épisode a de quoi laisser pantois : comment ose-t-on s’attaquer à la pauvre Daoudia pour la seule et unique raison qu’elle vient de lancer sur le marché une chanson qui fait éloge au pouvoir séducteur des femmes ? Et pourtant, des rigolos qui jouent aux apprentis-sorciers ont franchi le Rubicon en saisissant la justice au motif que les paroles de ladite chansonnette sont choquantes et porteraient atteinte aux mœurs de la nation. Pourtant, nul n’est dupe sous le ciel bienveillant qui couvre le Royaume de Tanger à Lagouira. Ni ce que contient « le sac à scandale » dont s’égosille ladite voix féminine, ni ce à quoi le contenu devrait servir pour amadouer l’homme. Ce n’est certainement pas avec un bâton de rouge à lèvres que le Royaume subirait les contrecoups d’une révolution culturelle. Ni avec des « chat », aussi «hot » soientils, que la ferveur cultuelle serait amoindrie ! On a écouté bien pire… Sans pour autant que nos veilleurs de la vertu ne postillonnent dans leur barbe. Daoudia a ses fans et c’est tant mieux pour elle. Comme elle compte aussi ceux qui l’abhorrent, et c’est tant mieux pour eux ! Et
pourtant, jamais les deux clans ne se sont affrontés à jets de pierres, ni ont préféré ester en justice pour un oui ou pour un non. Qui se sent morveux se mouche, dit un dicton. A charge pour la justice d’éclairer les égarés du Royaume qui se croient sous le soleil de plomb de Sharjah. Et gageons que pour la majorité des Marocains, grands amateurs qui du Malhoun, qui d’Ahidous ou d’Ahouach, cela sans parler des aficionados des répertoires riches légués par de grandes divas du Mersaoui ou encore d’Al Aïta, le fin fond de l’histoire se résume au goût. Quand on aime, on écoute divinement. Et quand on n’apprécie pas, on ferme les oreilles. C’est ce que les très vertueux obscurantistes n’arrivent pas à faire. Eux qui rêvent d’expurger le répertoire national de tous ses génies pour ne laisser place qu’aux belles paroles du Madih. Qu’ils reviennent au Tout Puissant, le Créateur qui a doté l’homme (et la femme of corse !) de cette formidable capacité à goûter les bonnes choses. Des couleurs aux saveurs en passant par les odeurs et les sons. Et qui lui a assuré la faculté de l’oubli. Voilà ce que les obscurantistes devraient méditer comme leçons au lieu de s’ériger en donneurs de leçons. L’amour n’a rien d’illégal lorsqu’on le chante et qu’on le vénère. Sans quoi, il faudra construire des murs dans les têtes de tous les Marocains et des prisons dans toutes les bourgades pour y enfourner tous les artistes. Pauvres d’eux ! Nos obscurantistes font feu de tout bois pour faire parer d’eux. Ils veulent régenter la société alors qu’ils n’ont pas été mandatés pour ce faire. Les laisser prisonniers de leurs errements, c’est préparer les Marocains à se faire violence en s’emmurant dans les interdits. La symbolique de la dérive vers le Daechistan est bien là, palpable. Le réquisitoire des barbus surchauffés par un disque (de mauvaise qualité à mon humble avis) nous renvoie pratiquement à un environnement que le pays rejette en bloc : celui de l’inquisition. Une page de plus qui s’ajoute aux fameux « Cahiers des Charges » qui devaient enfermer le pays dans l’arriération globale. Voilà où nous mène l’aventure de quelques illuminés qui demain crieraient gloire aux nouveaux élus de Dieu dont ils rêvent. Quel cauchemar !

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus