Trafic d’êtres humains: Un réseau de 47 personnes démantelé

0 46
Trafic d’êtres humains: Un réseau de 47 personnes démantelé

Un coup de filet réalisé conjointement par les forces de police espagnoles et leurs homologues de Gibraltar a permis l’arrestation, dimanche, de 47 personnes soupçonnées d’être impliqués dans le trafic de migrants marocains entre le Maroc et l’Europe.
L’opération menée sous la bannière d’Europol a mobilisé pas moins de 200 agents.

Ces individus ont été arrêtés au cours d’une opération conjointe menée par la police espagnole et la police royale de Gibraltar (RGP) pour endiguer le trafic de migrants du Maroc vers l’Espagne et cinq autres pays européens, indiquent des communiqués distincts des deux polices, rapportés par les médias locaux.
Trois membres du groupe criminel ont été arrêtés à Gibraltar et 44 l’ont été dans 18 provinces espagnoles.
Ces arrestations ont permis d’identifier plus de 130 Marocains qui ont réussi à entrer illégalement en Espagne.

Dans le cadre de cette enquête, coordonnée par Europol, deux mandats de perquisition ont été exécutés dans les maisons de La Linea à Cadix et à Gibraltar.
Au cours de ces perquisitions, environ 19.000 euros en espèces ont été saisi ainsi que 12 téléphones mobiles, 5 véhicules et des documents.

L’enquête a commencé en novembre 2018, lorsque la police royale de Gibraltar a détecté une augmentation significative du nombre de voyageurs marocains arrivant à Gibraltar en provenance de Casablanca et de Tanger à l’aide de visas touristiques de courte durée. Chaque migrant a dû s’acquitter de 7.000 à 8.000 euros pour obtenir le visa et autres faux documents.

Le groupe criminel opérait via deux branches, une basée au Maroc et l’autre à Gibraltar et au Campo de Gibraltar (La Linea de La Concepción).

Au Maroc, les immigrants ont été choisis et leurs itinéraires de voyage organisés par ce groupe de crimes organisés. Des dossiers contenant de faux documents ont ensuite été constitués et présentés afin d’obtenir les visas touristiques.
Une fois le visa obtenu, le groupe facilite l’achat de billets d’avion et les réservations d’hébergement pour chaque migrant.
Les trafiquants donnent également des instructions aux migrants sur les étapes à suivre à leur arrivée à Gibraltar, y compris comment entrer en contact avec les personnes qui les attendent à leur arrivée.

À Gibraltar, les trafiquants ont facilité le passage clandestin des migrants à travers la frontière avec l’Espagne en utilisant plusieurs véhicules appartenant à des membres du groupe, principalement pendant la nuit ou tôt le matin, ce qui rend difficile l’identification des passagers.

Parfois, les migrants sont restés dans des hôtels à Gibraltar jusqu’à ce qu’ils puissent être transportés clandestinement en Espagne.
Une fois arrivés en Espagne, les migrants ont séjourné dans une résidence appartenant à l’un des dirigeants de l’organisation ou dans des foyers situés à La Linea de La Concepción, à Cadix.
Le lendemain de leur entrée en Espagne, des billets de bus leur ont été fournis pour des destinations dans toute l’Espagne ou vers d’autres destinations européennes.
Autant de services payables cash: entre 500 et 700 euros supplémentaires par candidat à l’émigration.

Au terme de leur enquête, les agents ont estimé que la branche marocaine du groupe a cumulé plus d’un million d’euros de prestations, tandis que la branche du Campo de Gibraltar a cumulé 79.800 euros supplémentaires pour l’organisation des autres activités illégales.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus