The news is by your side.

Transporteurs en crise : L’Exécutif ouvre le dialogue et les vannes du financement

0 138

À l’ordre du jour de cette réunion, les délais de paiement des échéances de crédit aux organismes financiers, l’indexation du prix du transport aux prix du carburant ainsi que la prime à la casse et l’assurance.

Jugé « fructueuse » par les membres de la Fédération des transporteurs, cette réunion qui a passé outre la question qui fâche, celle des surcoûts induits par les hydrocarbures, a mis à l’ordre du jour le report des crédits auprès des organismes bancaires a été acté ce mercredi, notamment les crédits de Damane Oxygène.  A cela s’ajoute l’ouverture d’autres produits de crédits d’exploitation qui permettent aux sociétés d’avoir une trésorerie plus confortable. En ce qui concerne la prime à la casse, F. Lakjaâ, a indiqué être disposé à étudier ce dossier et revoir les primes à la hausse vu le prix en hausse des camions. Des questions liées à l’assurance ont été aussi abordées à cette occasion.

Pour rappel, la veille, M. Abdeljalil avait affranchi les élus sur l’effort entrepris par l’Exécutif. «Un total de 307 millions de dirhams (MDH) a été débloqué à ce jour, au profit des professionnels du transport routier et ce, dans le cadre du soutien que le gouvernement leur a octroyé en raison de la flambée des prix du carburant», avait affirmé, mardi, le ministre du Transport. « Un total de 91 MDH a été versé sous forme de mandats bancaires et 216 MDH sous forme de virements bancaires », a expliqué le ministre en réponse à des questions orales à la Chambre des conseillers, notant que le gouvernement a décidé de fournir ce soutien « pour maintenir l’activité économique, éviter toute perturbation dans l’écosystème de transport et réduire les effets de la crise sur le pouvoir d’achat des citoyens ».

Il a également relevé que cette mesure a permis la poursuite du mouvement des déplacements dans les différentes régions du Royaume durant cette conjoncture, marquée par une hausse sans précédent des prix du pétrole à l’échelle internationale et « qui s’est répercutée sur le prix du carburant à l’échelle locale, amenant des professionnels à exprimer leur incapacité à honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs clients, au niveau national ou international ».

M. Abdeljalil a souligné que ce soutien devrait bénéficier à près de 180.000 véhicules, ajoutant qu’afin de faciliter le processus de son obtention et d’accélérer son rythme, le ministère a mis en place en coordination avec les services du Département du Chef du gouvernement et les ministères de l’Intérieur et de l’Économie et des Finances, une plateforme numérique pour le dépôt des demandes et leur suivi par les professionnels.

Il a fait état de l’enregistrement de plus de 78.000 demandes concernant plus de 120.000 véhicules, notant que ces demandes se répartissent entre 50.000 camions de transport de marchandises, 33.500 grands taxis, près de 20.000 petits taxis, 10.000 bus pour le transport du personnel, près de 3.300 voitures et bus de transport touristique et près de 300 véhicules répartis entre le milieu rural, les bus urbains et les dépannages.

Le responsable a en outre affirmé que les hydrocarbures sont pour les entreprises de transport routier la principale composante du coût de transport avec un pourcentage oscillant entre 35 % à 70 %, du total des dépenses de l’entreprise, et ce selon le type de véhicules utilisés, des distances parcourues, des conditions de transport et des prix du carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.