Trêve surprise à Alep : La Turquie envoie ses forces spéciales en Syrie

0
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a surpris tout le monde en annonçant un arrêt des frappes syriennes à Alep pour permettre l’évacuation des civils. Damas n’a pas commenté ces informations alors que le transfert des civils qui ont pu fuir les quartiers chauds de la partie orientale d’Alep vers des zones sûres s’opère depuis le début de l’offensive. En tout cas, la trêve a duré de 3H00 à 12H avant que l’artillerie ne reprenne ses bombardements en alternance avec les raids aériens. Une noria de bus et camionettes ont contribué à l’effort d’évacuation des civils qui tentent de fuir les dernières zones de combat.
Cet arrêt des raids aériens et des tirs d’artillerie de l’armée syrienne sur ce qui reste des quartiers rebelles d’Alep est une mesure censée assurer l’évacuation de milliers de civils pris au piège des violences. « Les opérations de combat de l’armée syrienne ont été interrompues dans l’est d’Alep parce qu’il y a une grande opération en cours qui est l’évacuation des civils », a déclaré le ministre russe tout en précisant que des discussions militaires et diplomatiques russo-américaines étaient programmées pour samedi, à Genève, pour étudier notamment des plans d’évacuation des combattants rebelles et des civils qui le souhaitent.
Cette annonce n’a pas été commentée par les autorités syriennes, mais l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), organisme d’information basé à Londres, a effectivement noté, via ses sources sur place, un arrêt des frappes de l’aviation syrienne et une baisse des tirs d’artillerie dans les derniers secteurs où les rebelles sont retranchés.
Un responsable du groupe rebelle Noureddine al-Zinki, Yasser Youssef, a cependant émis des doutes sur l’annonce russe. « On ne peut juger du sérieux de cette déclaration qu’à la lumière de mesures concrètes garanties par l’ONU », a-t-il expliqué.
De son côté, la Maison Blanche a répondu qu’elle « attendait de voir » ces paroles se traduire en actes sur le terrain. « Depuis le début, notre approche est d’écouter attentivement ce que disent les Russes mais aussi d’étudier de près leurs actions », a déclaré le porte-parole de la présidence américaine, Josh Earnest.
L’avancée fulgurante des troupes syriennes dans les quartiers rebelles à Alep-Est, depuis le début d’une offensive lancée le 15 novembre, a permis jusqu’à maintenenat de sécuriser 85% de la zone orientale de la ville. Ce qui en dit long sur l’effondrement des djihadistes encore retranchés dans des quartiers désormais encerclés. Un effondrement qui a poussé Israël à lancer des missiles sol-sol sur un aéroport militaire près de Damas pour tenter d’atténuer le succès militaire remporté par le pouvoir syrien. Comme il a précipité la Turquie à annoncer l’envoi d’une escouade de ses forces spéciales en soutien à ses troupes qui mènent des opérations militaires, en appui à l’opération « Bouclier de l’Euphrate » soustraitée par les groupes soutenus par Ankara.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus