Un journaliste russe soupçonné d’avoir livré des secrets aux Tchèques 

Accusé d’avoir fourni des renseignements classifiés à la République tchèque, l’ancien journaliste Ivan Safronov a été inculpé pour haute trahison. La médiasphère russe dénonce ces accusations et exprime son soutien à l’ancien journaliste qui risque gros.

0 5 511
Un journaliste russe soupçonné d’avoir livré des secrets aux Tchèques 

Ivan Pavlov, avocat de l’ancien journaliste Ivan Safronov devenu conseiller du directeur de l’agence spatiale russe Roscosmos, a rapporté à l’agence de presse russe TASS que le tribunal moscovite de Lefortovo avait officiellement mis en accusation son client. «Mon client a été inculpé en vertu de l’article 275 du Code pénal russe [haute trahison]. Il a plaidé non coupable», a fait savoir I. Pavlov. L’ancien journaliste, qui a travaillé pour deux quotidiens russes de référence, Vedomosti et Kommersant, est accusé d’avoir «collecté et transmis des secrets d’Etat sur la coopération militaire et technique, la défense et la sécurité de la Russie» à «un service de renseignement d’un pays de l’OTAN»

Arrêté le 7 juillet pour suspicion de trahison, I. Safronov a été placé en garde à vue jusqu’au 6 septembre et encourt jusqu’à 20 ans de prison, selon l’agence de presse TASS. Selon les services de renseignement russes (FSB) cités par l’agence de presse, le suspect aurait été recruté en 2012 et il aurait fourni cinq ans plus tard aux agences de renseignement tchèques des informations sur les livraisons d’armes russes au Moyen-Orient et en Afrique. Ces informations auraient ensuite été transmises aux Etats-Unis, toujours selon le FSB. 

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a affirmé que l’arrestation d’I. Safronov n’avait «rien à voir avec son activité journalistique». Depuis l’arrestation d’I.Safronov, plusieurs journalistes russes ont fait part de leurs  préoccupations quant à la gravité de l’accusation et dénoncent l’absence de transparence dans l’enquête.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus